Marchés financiers africains: le pétrole vers les 70 dollars, les T-Bonds en fête, l’or en repli…

Share on email
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Votre bibliothèque virtuelle

La semaine qui vient de s’écouler a vu le brent se rapprocher de la barre des 70 dollars et le WTI titiller les 65 dollars portés par la décision de l’OPEP de ne pas augmenter ses quotas et le choix de l’Arabie Saoudite de maintenir ses coupes de 1 million de barils par jour. Pendant ce temps, l’or poursuit son repli terminant la semaine à 1 700 dollars / l’once. La relique barbare qui porte l’estampille de Kankan Moussa accuse le contrecoup de la hausse des taux d’intérêts réels des bons du Trésor américain. Le rendement du dix ans américain fait la une de l’actualité et se rapproche à nouveau de la ligne symbolique des 1.60%. La détente est constatée aussi en Europe où en dépit de la volonté affichée de la BCE de ne pas laisser les taux repartir à la hausse, l’OAT Française cote à -0,08% et le Bund allemand à -0,25%.

Cette bonne nouvelle de la hausse du pétrole, ligne de fond des matières premières en général et espoir de la CEMAC, du Nigeria, de l’Angola et de bien des pays africains, devrait en principe se refléter sur les indices des marchés financiers africains. A la Johannesburg Stock Exchange (JSE), les performances impressionnantes accumulées depuis le début de 2021, avec une hausse de 15% ont été consolidées par un gain hebdomadaire de 3,23% porté par les minières et les banques. De son côté, la Nairobi Securities Exchange (NSE) tente de relancer l’intérêt des investisseurs étrangers en annonçant par la voix du CEO de la Bourse, Geoffrey Odundo, la cotation prochaine des obligations vertes. En attendant, l’indice NSE 20 a grappillé 0,8% sur la semaine du 5 mars.

A la Nigeria Stock Exchange (NSE), après un mois de janvier haussier et un février marqué par l’intérêt des investisseurs pour les placements à rendement fixe (obligataire), l’indice composite a plongé de -6,16% en février, effaçant ses gains de + 5,32% du mois de janvier. A la Bourse de Casablanca, le marché évolue sur de petits volumes ne permettant pas de refléter les tendances réelles de l’économie et le retour de l’optimisme annoncé par le dépassement du niveau de 3,8 millions de personnes vaccinées. L’indice Moroccan All Shares a reculé de 0,01%. Soit la même progression qu’à Abidjan où l’indice composite de la Bourse régionale des valeurs mobilières a terminé la séance du vendredi su de faibles volumes de transactions. A Tunis par contre, le Tunindex a progressé de 0,57% à la clôture de la séance du 5 mars.

Source officielle de cet article : Financialafrik.com

Marino Stozza
Marino Stozza
Inscrivez-vous à notre newsletter

Sign In QUÉBEC 89

Account details will be confirmed via email.

Reset Your Password