Netflix lance un fonds de soutien pour les intermittents

Share on email
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Netflix lance un fonds de soutien pour les intermittents

L’aide est forfaitaire et s’élève à 500 euros. Elle sera portée à 900 euros pour les personnes dont les ressources avant tout abattement n’excèdent pas 15 000 euros par an » Danièle Schneider / Photononstop

En pleine crise du Covid-19, les géants du numérique volent au secours du monde de la culture. Après Facebook, qui a lancé une aide de trois millions d’euros pour apporter de l’oxygène aux groupes de presse européens les plus en difficulté, c’est au tour de Netflix d’annoncer la création d’un fonds de soutien d’urgence en faveur des artistes et techniciens intermittents du spectacle, à hauteur d’un million d’euros pour la France.

Depuis la mi-mars, l’arrêt des productions audiovisuelles et cinématographiques laisse sur le carreau de nombreux techniciens et intermittents du spectacle. Beaucoup ont vu leur promesse de contrat, souvent orale, annulée ; ils ne bénéficient donc pas du chômage partiel. Selon le Syndicat français des artistes (SFA), affilié à la CGT, au moins 15 452 artistes interprètes se sont retrouvés sans travail les mois de mars et avril.

Afin de soutenir les intermittents mis à l’arrêt, le ministère de la culture a annoncé que la période de confinement serait neutralisée pour le calcul du versement de leurs indemnités chômage. La crise risquant de s’étendre bien au-delà, les organisations professionnelles des artistes auteurs réclament la mise en place d’une aide dédiée aux plus fragiles, en plus du fonds de vingt-deux millions d’euros débloqué par le gouvernement pour l’ensemble du monde de la culture.

Une aide pour les cas les plus urgents

Dans ces conditions, le fonds d’urgence de Netflix paraît à point nommé. Cette aide s’inscrit dans le cadre d’une enveloppe plus large de 100 millions de dollars débloquée par la plate-forme. La majeure partie de cette somme (85 millions) est destinée aux équipes travaillant sur les productions Netflix en France et dans le monde. Seuls les quinze millions restants, dont un million pour la France, reviennent à des fonds d’urgence visant à soutenir l’industrie audiovisuelle et cinématographique dans son ensemble.

En France, c’est le groupe de protection sociale du secteur de la culture Audiens qui est chargé de déployer ce fonds. Cogérée paritairement par les syndicats, l’institution avait déjà mis en place une aide sociale d’urgence pour les professionnels de la culture les plus fragiles : journalistes pigistes, intermittents en fin de droits… Mais le groupe se retrouve saturé de demandes. « Alors qu’Audiens recevait en moyenne 2 200 dossiers par an concernant ce fonds d’urgence, on en est à 1 500 en trois semaines », s’inquiète Denis Gravouil, secrétaire général de la Fédération nationale CGT des syndicats du spectacle, de l’audiovisuel et de l’action culturelle (FNSAC).

Source officielle de cet article : Le Monde

Roberta Flores
Roberta Flores
Inscrivez-vous à notre newsletter

Sign In QUÉBEC 89

Account details will be confirmed via email.

Reset Your Password