parents et enfants de la zone C se préparent à une rentrée scolaire à domicile

Share on email
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
la France à contre-courant de certains pays d'Asie 

C’est une rentrée scolaire pas comme les autres pour la zone C. Après deux semaines de vacances, les enfants des académies de Créteil, Paris, Versailles, Montpellier et Toulouse reprennent les cours ce lundi, mais pas le chemin de l’école.

Pour la sixième semaine consécutive, les établissements scolaires restent en effet fermés en raison de la pandémie de coronavirus et des mesures de confinement, et les parents doivent continuer à superviser l’enseignement de leurs enfants.

« Je suis en télétravail, du coup je dois faire et la maîtresse et mon travail », explique à France Info Myriam, architecte et mère de deux enfants. Si la combinaison du travail et des cours à distance n’est pas de tout repos, Myriam se dit toutefois « soulagée » que les vacances de printemps touchent à leur fin car cela permet aux enfants de reprendre « un rythme la journée. C’est vrai que les 15 derniers jours, ça a été assez compliqué de les occuper sans l’école ».

Même les enfants se réjouissent de cette reprise: « C’est une bonne nouvelle. On commence à s’ennuyer un peu », glisse à France Info une petite Parisienne contente d’avoir bientôt des devoirs pour s’occuper.

Du soutien scolaire pendant les vacances

Les 12 millions d’écoliers, collégiens et lycéens devront encore attendre jusqu’au 11 mai, au moins, pour retrouver les bancs de l’école. A compter de cette date, les établissements devraient rouvrir progressivement; le ministre de l’Education nationale a expliqué se donner « deux semaines » pour travailler avec les partenaires sociaux, les organisations de parents d’élèves, les organisations lycéennes et les collectivités locales pour détailler les modalités précises de cette reprise.

Plusieurs fois, Jean-Michel Blanquer a évoqué un retour en classe qui « se fera au cas par cas, sur des groupes et des profils ciblés avec un objectif, d’aller chercher les enfants en difficulté. Il faut sauver les élèves qui pourraient partir à la dérive du fait du confinement », a insisté le ministre de l’Education nationale.

Ces derniers ont d’ailleurs pu bénéficier, au cours de la deuxième semaine des vacances de Pâques qui s’achèvent ce dimanche soir, de cours de soutien assurés par des enseignants volontaires et rémunérés en heures supplémentaires. Ces six heures de soutien scolaire, étalées sur une semaine, visaient à reprendre les bases des « savoirs fondamentaux » pour les élèves du primaire (la lecture et l’écriture), et réviser le français et les mathématiques pour ceux du secondaire.

Une ligne d’écoute pour rassurer les parents

Les élèves y ont participé via un tchat, ou en prenant la parole derrière leur ordinateur. Ces cours ont pour l’instant été lancés dans les académies de la première zone des vacances scolaires. A Paris, près de 9000 élèves s’y sont inscrits rapporte l’AFP, sur un total de 325.000. Dans l’académie de Créteil, 20.700 élèves sur 910.000 devaient y participer. Dans l’académie de Montpellier, 8700 inscrits sur un total de 493.000 ont été recensés.

Et pour les parents qui sont épuisés de devoir gérer l’enseignement de leurs enfants et leur propre activité professionnelle, des lignes d’écoute ont été mises en place, comme le numéro vert « Allô Parents Confinés » de l’Ecole des parents (0805.382.300). Une manière de décompresser en attendant que les élèves puissent enfin reprendre le chemin de l’école.

Source de cet article

Marino Stozza
Marino Stozza
Inscrivez-vous à notre newsletter

Sign In QUÉBEC 89

Account details will be confirmed via email.

Reset Your Password