Philippe Nahon, acteur apprécié de la nouvelle génération des réalisateurs des années 1990, est mort à 81 ans

Share on email
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Philippe Nahon, acteur apprécié de la nouvelle génération des réalisateurs des années 1990, est mort à 81 ans

Souvent second rôle à la télé et au cinéma au début de sa carrière, Philippe Nahon était particulièrement apprécié d’une nouvelle génération de réalisateurs dans les années 1990. Il est mort à 81 ans.

L’acteur Philippe Nahon, qui avait joué dans de nombreux seconds rôles au cinéma et à la télévision avant d’être popularisé par le cinéaste Gaspar Noé et la jeune génération de réalisateurs des années 1990, comme Jacques Audiard ou Mathieu Kassovitz, est décédé dimanche, a-ton appris auprès de sa famille.

Agé de 81 ans, le comédien a succombé « à une longue maladie, aggravée par une infection au Covid-19 », a indiqué son épouse à l’AFP.

Après avoir débuté dans Le Doulos de Jean-Pierre Melville (1962), il travaille surtout pour la télévision, enchainant dramatiques et séries comme Les cinq dernières minutes ou Les enquêtes du commissaire Maigret dans les années 1970 et 1980, entre des apparitions au théatre et des seconds rôles au cinéma (Le Pull-over rouge en 1979, Clara et les chics types en 1981…).

En 1991, Philippe Nahon tient le premier rôle dans le premier moyen métrage de Gaspar Noé, Carne, présenté à la semaine de la critique à Cannes. « Nous avons eu un coup de foudre mutuel pour faire ce film et après il me tenait à coeur de continuer avec lui », a déclaré à l’AFP le réalisateur argentin. Il jouera ainsi dans Seul contre tous (1998).

Entretemps il devient un acteur apprécié d’une nouvelle génération de cinéastes, avec des rôles dans La Haine ou Les rivières pourpres de Mathieu Kassovitz, Un héros très discret de Jacques Audiard ou Cantique de la racaille de Vincent Ravalec.

« Tout en étant extrêmement droit, il pouvait jouer des rôles tordus et compliqués et les rendre attachants », se souvient encore Gaspar Noé, pour qui « travailler avec lui c’était comme partir en vacances avec un ami ».

Mathieu Kassovitz a salué « le comédien des amoureux du cinéma et un acteur hors pair », Albert Dupontel, qui avait joué avec lui dans Irréversible, « un acteur rare, d’une sensibilité et d’une sincérité hors du commun (…), parti dans l’infini, sa vraie dimension ».

« Il est devenu l’acteur d’une génération et je suis heureux d’avoir croisé sa route », s’est souvenu le réalisateur belge Fabrice Du Welz, qui l’avait dirigé dans Calvaire (2004). « Bon sang que c’est triste », a tweeté Alexandre Astier, pour lequel il avait joué Goustan le cruel dans la série Kaamelott.

La Cinémathèque rend hommage à « une vie de cinéma » étendue « sur 60 ans de plateaux, le cinéma hexagonal arpenté dans tous les sens, de Doillon, Féret, Nicloux, Fabrice Du Welz à Besson, Gans, Corneau, Perrault, Audiard, Fillières ou Kassovitz. Un tour chez Spielberg, aussi. Et puis, Gaspar Noé ».

Jean-Pierre Melville (Le Doulos), René Allio (Les camisards), Jacques Doillon (Les Doigts dans la tête). L’entrée en matière est belle et vous pose d’emblée une carrière. Philippe Nahon s’en est allé ce week-end des suites d’une «longue maladie» comme dit la formule. Il semblerait que ce satané virus qui nous pourrit l’air ait accéléré les choses. Triste monde. Nahon avait 81 ans et près de 60 ans de service. Sa gueule percée de ses yeux pétillants où se décelaient la malice, l’inquiétude et la gentillesse, mais aussi sa voix caverneuse, il les a trimballé à l’écran et ailleurs (théâtre, télé…) sans se soucier des étiquettes et des territoires dans lesquels il entrait. La filmographie ressemble ainsi une fête joyeuse où les frères Féret, côtoient, Gaspar Noé, Jean-Marie Poiret, Jacques Audiard, Luc Besson, Benoît Delépine et Gustave Kervern, Steven Spielberg (Cheval de guerre) et Alain Corneau…

Le point de bascule a eu lieu en 1991. Philippe Nahon est «le boucher» dans Carne de Gaspar Noé. Un moyen-métrage âpre, malaisant et génial. L’acteur y découpe de la viande chevaline tout en reluquant bizarrement sa fille. La chose n’est donc pas très nette. Nahon y est parfait. Pour toutes celles et ceux qui ont découvert ce film et son prolongement, Seul contre tous, sept ans plus tard, il sera difficile d’oublier le visage du boucher. Un rôle qui vaudra à l’acteur l’une de ses seules distinctions: un Bayard d’Or au Festival du Film Francophone de Namur. La rencontre avec Noé (il sera également de l’aventure Irréversible) plonge alors Nahon dans le nouveau monde du cinéma français: Jacques Audiard (Un héros très discret), Karim Dridi (Pigalle), Guillaume Nicloux (Le poulpe), Christophe Gans (Le pacte des loups), Mathieu Kassovitz (La Haine, Les rivières pourpres).

Dans une lettre hommage à son « grand ami » publiée dans Libération, Gaspar Noé écrit: « On est restés soudés toutes ces années, tels deux frères ou un neveu et son oncle préféré. Browning avait rencontré son Lon Chaney, Scorsese son De Niro. Et moi, loin de ces géants, je t’avaisquand même rencontré toi, et je n’aurais jamais pu souhaiter mieux.  »

Il y avait chez Philippe Nahon, cette beauté (un charisme magnifique), cette simplicité et cette évidence du geste qui imposent d’emblée une présence et une humeur. Pour autant, l’acteur n’occupait pas les premières loges. C’était le second rôle parfait, à l’ancienne a-t-on envie d’écrire sans une once d’ironie. «A l’ancienne», car Nahon, bien que les deux pieds dans la modernité et son époque, semblait faire jeu égal avec ses aînés: les Carette, Saturnin Fabre, Noël Roquevert, Dominique Zardi, Robert Dalban et les autres.

Nahon c’était aussi le petit écran: Des mythiques Cinq Dernières Minutes à la série culte Kaamelott d’Alexandre Astier, Alain Kappauf et Jean-Yves Robin. Goustan de Carmélide dit Goustan le cruel, l’amoureux des champignons, c’était lui.

Adieu Philippe Nahon et merci pour tout.

Source officielle de cet article : francetvinfo.fr

Roberta Flores
Roberta Flores
Inscrivez-vous à notre newsletter

Sign In QUÉBEC 89

Account details will be confirmed via email.

Reset Your Password