Philo : est-ce que la nature se venge avec le virus ?

Share on email
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Philo : est-ce que la nature se venge avec le virus ?

Article publié le 17 avril 2020.

L’épidémie provoquée par ce nouveau coronavirus nous amène à réfléchir sur notre existence et le monde qui nous entoure. Et c’est le principe de la philosophie ! Voilà pourquoi je te propose, chaque vendredi, une parenthèse avec Edwige Chirouter, philosophe (1) et maîtresse de conférences à l’université de Nantes. Ce vendredi, elle répond à cette question posée par Hanna, 11 ans, de Sarcelles (Val-d’Oise).

C’est une très bonne question que tu nous poses, Hanna ! Pour y répondre, il faut essayer de définir les mots et de voir toutes les options possibles. Ce que nous appelons ici la «nature» est un ensemble de choses qui compose notre environnement : les fleurs, les arbres, les fleuves, les mers, mais aussi les montagnes, les champs, tout ce qui constitue le paysage naturel que nous pouvons avoir sous les yeux. On peut considérer aussi que le monde animal participe à la nature, on appellera cela la «biodiversité». Tout cet ensemble permet à la Terre, notre planète, d’être un lieu possible pour qu’il y ait de la vie.

Actualités - Philo : est-ce que la nature se venge avec le virus ?

La Terre vue du ciel. Photo Nasa 

Rendre la nature vivante

Dire que la nature «se venge» avec le virus, c’est la personnifier, comme si elle était un être humain, doué de volonté. On appelle cela l’animisme : c’est une croyance selon laquelle tout ce qui vit à une «âme». Comme dans les contes de fées que tu connais sûrement, où tout ce qui existe vit comme des humains : les animaux parlent, les objets aussi (comme dans la Belle et la Bête ou Toy Story). L’animisme est une forme de pensée magique qui existe dans les toutes premières religions de l’humanité mais aussi chez les très jeunes enfants qui pensent que le soleil marche quand il se déplace dans le ciel, qui le dessinent avec des yeux, une bouche, des bras.

Actualités - Philo : est-ce que la nature se venge avec le virus ?

On peut parler aussi du caractère «sacré» de la nature, qui serait comme une mère qui nourrit ses enfants (c’est-à-dire nous !). Sous l’Antiquité, en Grèce, on appelait cette déesse Gaïa. Le sacré désigne des objets, des lieux, des êtres vivants qui sont les plus importants au monde parce que Dieu – ou les dieux – ordonne de les respecter absolument, de ne pas y toucher. Comme les vaches sacrées en Inde. Il existe aussi des arbres sacrés que les êtres humains n’ont pas le droit d’abattre parce qu’ils seraient le lieu où vit l’âme des ancêtres. Là aussi, ce sont des croyances tout à fait respectables mais ce n’est pas comme une vérité scientifique. Nous ne sommes pas certains que cela soit vrai. Dire que «la nature se venge», c’est donc participer à cette vision animiste du monde et on n’est pas obligé d’y croire.

Période de l’histoire concernant les pays autour de la mer Méditerranée, entre 3 500 avant Jésus-Christ, et 476 après J.-C.

Les hindous ne mangent pas de bœuf parce qu’ils considèrent que la vache est sacrée.

Actualités - Philo : est-ce que la nature se venge avec le virus ?

L’environnement transformé par les humains

Sinon, on peut penser aussi que la nature n’a pas de volonté, que seuls les êtres humains ont une conscience. On parlera alors plus d’environnement ou de milieu naturel. Ici, on ne pense pas que la nature s’est levée un matin en se disant : «Tiens je vais donner une bonne leçon aux êtres humains en leur envoyant un virus et comme ça, ils vont me laisser un peu !» Par contre, on peut penser que ce qui caractérise les humains, c’est qu’ils peuvent transformer leur environnement par la technique (les outils, les machines) : cultiver la terre pour faire pousser des plantes qui nous permettent de nous nourrir, élever des animaux pour manger, mais aussi creuser des tunnels sous les montages pour faire des routes, etc.

Connaissance que chaque personne a de son existence et de celle du monde extérieur.

On dira que l’être humain «exploite les ressources naturelles» pour transformer le monde et qu’il est donc seul responsable de ce qu’il en fait. Normalement, ça devrait être pour rendre le monde meilleur. Malheureusement, parfois, l’action des humains sur la nature ne va justement pas dans le sens d’un progrès (quand le monde devient meilleur), au contraire… Il y a alors de la pollution, les espèces animales disparaissent.

Actualités - Philo : est-ce que la nature se venge avec le virus ?

Si certaines personnes disent que «la nature se venge», c’est aussi pour nous dire que le virus est comme un avertissement : il faut faire attention à notre environnement et le préserver pour pouvoir bien vivre tous ensemble sur cette planète. Depuis que le monde est confiné, la pollution baisse partout, notamment parce qu’il y a moins d’avions et de voitures qui circulent. Alors, même si la nature ne se venge pas comme une personne vivante, peut-être que ce que nous vivons aujourd’hui – et qui est terrible – nous amènera quand même à prendre plus soin de notre planète et te permettra de grandir dans un monde vraiment meilleur.

Actualités - Philo : est-ce que la nature se venge avec le virus ?

Actualités - Philo : est-ce que la nature se venge avec le virus ?(1) Edwige Chirouter est également titulaire de la première chaire Unesco au monde dédiée à la philo pour les enfants.

Fonction destinée à mettre en avant le travail d’un chercheur.

Illustrations Laure Lacour

Source du post: liberation.fr

Maria Rodriguez
Maria Rodriguez
Inscrivez-vous à notre newsletter

Sign In QUÉBEC 89

Account details will be confirmed via email.

Reset Your Password