Prime pour les soignants, aide aux familles pauvres, Etats-Unis vs OMS… le point sur le coronavirus

Share on email
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Tous les jours, à la mi-journée, les dernières infos sur l’épidémie de Covid-19 en France et dans le monde.

Les derniers bilans. La pandémie de Covid-19 a fait plus de 124 000 morts dans le monde depuis son apparition en décembre, selon le décompte quotidien de l’AFP. Les Etats-Unis sont le pays le plus touché avec plus de 25 000 décès (dont plus de 10 000 pour l’Etat de New York). Suivent l’Italie avec 21 000 morts, l’Espagne (18 500 morts), la France (près de 16 000 morts) et le Royaume-Uni (plus de 12 000 morts). Le nombre de cas officiellement détectés à travers le monde approche des 2 millions, mais le total est largement sous-estimé compte tenu du faible nombre de tests dans de nombreux pays.

En France

Déconfinement. Comment donc va se dérouler le déconfinement, concrètement ? C’est la question qui agite à peu près tout le monde depuis l’allocution présidentielle de lundi soir, au cours de laquelle Emmanuel Macron a annoncé un retour (très progressif) à la vie normale à compter du 11 mai. Les principales interrogations portent sur la pertinence de rouvrir les écoles, collèges et lycées à compter de cette date.

Primes. Une prime de 1 500 euros net sera versée aux soignants des départements les plus touchés par le nouveau coronavirus, ainsi qu’à ceux des services ayant accueilli des patients atteints du Covid-19 dans des départements moins touchés, a annoncé le Premier ministre, Edouard Philippe, à l’issue du Conseil des ministres. Tous les autres personnels soignants toucheront 500 euros. Par ailleurs, les heures supplémentaires seront «valorisées plus fortement, à hauteur de 50% en plus», a assuré Edouard Philippe.

Aides. Une autre annonce d’Emmanuel Macron lors de son allocution devrait trouver rapidement une traduction concrète : le versement d’une «aide exceptionnelle aux familles les plus modestes avec des enfants». Celui-ci devrait avoir lieu le 15 mai et consistera en 150 euros par ménage au RSA, plus 100 euros par enfant, ainsi que 100 euros pour les ménages bénéficiaires d’aides au logement, a annoncé Edouard Philippe.

Chômage partiel. Plus d’un salarié sur trois est à ce jour concerné par le chômage partiel, soit 8,7 millions de Français, a indiqué ce mercredi la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, sur Radio classique. «732 000 entreprises», soit «plus d’une entreprise sur deux» bénéficie de ce dispositif mis en place depuis le début de la crise du coronavirus. La ministre a confirmé que le coût était à ce stade de 24 milliards d’euros, comme l’avait annoncé le ministre de l’Economie, Bruno Le Maire. Au total, le gouvernement a porté à 110 milliards d’euros le montant de son plan d’urgence, a annoncé Edouard Philippe.

Cotisations. Les secteurs de l’hôtellerie, de la restauration et des arts et spectacles étant destinés à souffrir de la lutte contre le coronavirus pendant plusieurs mois encore, le gouvernement va travailler à annuler 750 millions d’euros d’impôts et de cotisations pour les entreprises concernées, a annoncé ce mercredi le ministre des Comptes publics, Gérald Darmanin, sur Europe 1. Il n’est donc plus seulement question d’un report de ces charges.

Annulations et reports. Un petit point rapide sur les dernières modifications annoncées dans les calendriers sportif et culturel : le Tour de France est officiellement reporté et partira finalement le 19 août de Nice ; le festival de Cannes ne pourra pas se tenir sous sa forme traditionnelle cette année, ont finalement admis ses organisateurs qui se refusaient jusqu’à maintenant à l’annuler, mais ils disent réfléchir à d’autres formes pour le faire exister tout de même.

A lire aussi

La culture sous le choc d’un silence estival sans précédent

Retrouvez aussi tous nos articles sur la France confinée dans notre dossier

Dans le reste du monde

Etats-Unis. Avec plus de 2 200 morts en vingt-quatre heures, les Etats-Unis ont annoncé mardi soir leur plus lourd bilan quotidien depuis le début de la pandémie, qui a tué plus de 25 000 personnes dans le pays (désormais le plus endeuillé de la planète). Dans le même temps, le président Donald Trump a mis à exécution sa menace en annonçant la suspension de la contribution américaine (qui est aussi la plus importante, avec 400 millions de dollars par an) à l’OMS. Et ce, le temps d’évaluer son rôle «dans la mauvaise gestion et la dissimulation de la propagation du coronavirus», selon Trump, qui reproche à l’agence de l’ONU de s’être d’abord alignée sur les positions de la Chine, qui minimisait la gravité de la crise. Sa décision a été dénoncée notamment par l’Allemagne, la Russie, la Chine, l’Union africaine ou encore l’Union européenne.

Récession. C’est une certitude : une récession mondiale sera enregistrée en 2020. Mais quelle sera son ampleur ? Là, rien n’est sûr. Pour l’heure, le Fonds monétaire international avance une baisse d’au moins 3% du PIB mondial, mais souligne la difficulté de faire des prévisions en raison du caractère inédit de la crise et de l’«incertitude considérable». Plusieurs pays se préparent en tout cas à des chutes du PIB de l’ordre de 8% (en France) voire 13% (au Royaume-Uni, selon un organisme public).

Dettes. Emmanuel Macron a mis le sujet sur la table lundi soir : il souhaite annuler «massivement» la dette des pays africains. Une annonce qui ne mange pas tellement de pain puisque, comme le rappelle à Libé Andrea Ngombet, un activiste congolais au sein du collectif Sassoufit, «aujourd’hui, 40% de la dette africaine, entre 145 et 175 milliards de dollars, est due à la Chine». Interrogé sur RFI ce mercredi, le chef de l’Etat a nuancé son propos en invitant les ministres des Finances des pays du G20 à acter un moratoire sur le remboursement des intérêts des dettes africaines : «Chaque année, un tiers de ce que l’Afrique exporte sur le plan commercial sert à servir sa dette. C’est fou ! Et on a accru ce problème ces dernières années», a-t-il relevé, rappelant qu’il était «favorable à une initiative d’annulation de dette massive.»

Retrouvez tous nos articles sur la planète face au coronavirus dans notre dossier

A lire aussi sur Libération.fr

CheckNews. Faut-il regarder les enfants avec la même inquiétude que celle suscitée par les angoissantes têtes blondes du Village des damnés (version Wolf Rilla ou John Carpenter, choisissez votre préférée) ? Pas sûr, selon CheckNews, qui fait le point sur ce que l’on sait de leur capacité à transmettre le Covid-19.

P’tit Libé. En attendant d’en savoir plus, puisqu’il faut bien occuper les enfants tout de même, voici les conseils quotidiens du P’tit Libé.

Journal. Christian Lehmann est écrivain et médecin dans les Yvelines. Pour Libération, il tient la chronique quotidienne d’une société sous cloche à l’heure du coronavirus. Et s’attaque ce mercredi à «l’éléphant dans la pièce» : le professeur Raoult, selon qui il faudrait «se jeter» sur la chloroquine dont il défend ardemment l’usage pour traiter le Covid-19. «Se jeter dessus. On n’est plus dans l’erreur, là, mais dans une faute médicale lourde. Aucune personne connaissant la thérapeutique n’utiliserait des mots pareils avec une telle légèreté», écrit Christian Lehmann.

Source du post: liberation.fr

Maria Rodriguez
Maria Rodriguez
Inscrivez-vous à notre newsletter

Sign In QUÉBEC 89

Account details will be confirmed via email.

Reset Your Password