Prolongation du confinement, réouverture des écoles

Share on email
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Le chef de l’Etat s’est adressé lundi soir aux Français, pour la quatrième fois depuis le début de la crise du Covid-19. Franceinfo vous résume ce qu’il faut retenir de son discours.

Après avoir laissé les Français applaudir les soignants, Emmanuel Macron s’est de nouveau adressé à eux à la télévision, à 20h02, lundi 13 avril. Vingt-sept minutes, assis dans le salon d’angle à l’Elysée. Pour sa quatrième allocution depuis le début de la crise du coronavirus, le président de la République a notamment annoncé la prolongation du confinement jusqu’au lundi 11 mai. Voici ce qu’il faut retenir de son intervention.

>> REPLAY. Retrouvez l’allocution d’Emmanuel Macron dans son intégralité

« L’épidémie commence à marquer le pas »

Loin du ton guerrier dont il a pu user lors de ses précédentes interventions, Emmanuel Macron a davantage fait peuve d’empathie, cette fois. Le chef de l’Etat a reconnu qu’il y avait de « la fatigue et de la lassitude pour certains », « le deuil et le chagrin pour d’autres. » Il a aussi admis que « cette période est encore plus difficile à suivre quand on habite à plusieurs dans un appartement exigu ».

Puis, comme pour encourager à continuer, il a répété que les résultats commençaient à se voir : « Chacun d’entre vous, par votre civisme, en respectant les règles de confinement, vous avez fait que l’épidémie commence à marquer le pas. Les résultats sont là. Plusieurs régions ont pu être épargnées, depuis quelques jours, les entrées en réanimation diminuent. » « L’espoir renaît, a poursuivi Emmanuel Macron. Je voulais vous remercier chaleureusement pour ce dévouement et vous dire ma reconnaissance. »

« Le moment a révélé des failles »

Puis, c’est une sorte de mea culpa que le président de la République a tenu à faire. « Etions-nous préparer à cette crise ? A l’évidence, pas assez », a-t-il reconnu. Avant de développer : « Comme tous les pays du monde, nous avons manqué de blouses, nous n’avons pas pu distribuer autant de masques que nous le voulions. Dès l’instant où ces problèmes ont été identifiés, nous nous sommes mobilisés. Mais je mesure pleinement que quand on est au front, on entend difficilement qu’une pénurie mondiale empêche les livraisons (…). Une production comme en temps de guerre s’est mise en place. »

Comme vous, j’ai vu des ratés, encore trop de lenteurs, des procédures inutiles, des faiblesses de notre logistique. Nous en tirerons toutes les conséquences en temps voulu.Emmanuel Macronà la télévision

« Le confinement le plus strict doit se poursuivre jusqu’au lundi 11 mai »

Ce n’est qu’à 20h09, après sept minutes de discours, que le chef de l’Etat a abordé LA question que tout le monde se posait. De combien de jours (semaines ?) allait-être prolongé le confinement ? Après avoir « largement consulté ces derniers jours », il a expliqué vouloir « dire en toute transparence ce qui nous attend pour les prochaines semaines et les prochains mois ». 

« L’espoir renaît, mais dans le Grand Est comme en Ile-de-France, les services hospitaliers sont saturés (…). Nous devons donc poursuivre nos efforts et appliquer nos règles. C’est pour cela que le confinement le plus strict doit encore se poursuivre jusqu’au lundi 11 mai », a-t-il annoncé. Avant de préciser dans la foulée : « Je mesure pleinement l’effort que je vous demande. Durant les quatre semaines à venir, les règles du gouvernement devront être pleinement appliquées. Je demande à tous nos élus d’aider à ce que ces règles soient les mêmes partout sur notre sol.

Les crèches, écoles, collèges et lycées rouvriront « progressivement » à partir du 11 mai

Autre point très attendu par les parents et le corps enseignant dans son ensemble : la suite de l’année scolaire, déjà très perturbée. Emmanuel Macron a annoncé que les crèches, écoles, collèges et lycées rouvriraient « progressivement » à partir du 11 mai. « Trop d’enfants, notamment dans les quartiers populaires, dans nos campagnes, sont privés d’école sans avoir accès au numérique et ne peuvent être aidés de la même manière par les parents, c’est pourquoi nos enfants doivent pouvoir retrouver le chemin des classes », a expliqué le chef de l’Etat, en faisant valoir que « le gouvernement aura[it] à aménager des règles particulières, organiser différemment le temps et l’espace, bien protéger nos enseignants et nos enfants avec le matériel nécessaire ». Mais pas de précisions sur la manière et les conditions dont se déroulera cette sortie progressive du confinement.

En revanche, pour les étudiants de l’enseignement supérieur, « les cours ne reprendront pas physiquement, jusqu’à l’été », a ajouté le chef de l’Etat. Le gouvernement précisera ultérieurement « la bonne organisation qui sera nécessaire, en particulier pour les examens et les concours ». 

Les « personnes vulnérables » devront rester confinées « après le 11 mai »

Emmanuel Macron a indiqué que « les personnes les plus vulnérables » devraient poursuivre le confinement après le 11 mai. « Cela concerne les personnes âgées, en situation de handicap sévère et les personnes atteintes de maladies chroniques. »

Les lieux publics resteront fermés après le 11 mai

Emmanuel Macron a déclaré qu’il fallait permettre « au plus grand nombre de retourner travailler [pour] redémarrer notre industrie, nos commerces et nos services ». Des discussions auront lieu avec les partenaires sociaux pour établir des règles et protéger les salariés. Il a toutefois mentionné des exceptions : les cafés, restaurants, hôtels, cinémas, théâtres, salles de spectacle et musées. Ces lieux qui accueillent du public resteront fermés après le 11 mai.

« Le 11 mai, la France pourra tester toute personne présentant des symptômes »

Lorsque le confinement destiné à lutter contre l’épidémie de coronavirus commencera à être allégé, le 11 mai, la France pourra « tester toute personne présentant des symptômes » et chaque Français devra pouvoir se procurer « un masque grand public ». A cette date, jusqu’à laquelle le confinement « strict » est prolongé, « nous serons en capacité de tester toute personne présentant des symptômes ». 

« Nous n’allons pas tester toutes les Françaises et tous les Français, ça n’aurait aucun sens. Mais toute personne ayant un symptôme doit pouvoir être testée. Les personnes ayant le virus pourront ainsi être mises en quarantaine, prises en charge », a précisé le président.

L’usage des masques pourra devenir systématique après le 11 mai

En outre, à partir du 11 mai, en « lien avec les maires, l’Etat devra permettre à chaque Français de se procurer un masque grand public » pour se protéger et protéger les autres contre le coronavirus, a poursuivi le président de la République. « Pour les professions les plus exposées et pour certaines situations comme dans les transports en commun, son usage pourrait devenir systématique », a-t-il précisé. Il faudra bien sûr « continuer à appliquer » les « gestes barrières » (lavage des mains, distanciation sociale…), a-t-il insisté.

Des aides pour les travailleurs

« Quand la sécurité des travailleurs et des entrepreneurs est garantie, ils doivent produire et ils l’ont largement fait depuis un mois. » Emmanuel Macron a insisté sur le fait que les mesures de chômage partiel et de financement pour les entreprises seront prolongées.

Le chef de l’Etat a aussi adressé un message aux banques. Il souhaite qu’elles « décalent les échéances et que les assurances soient au rendez-vous. » Il promet d’y être « attentif ».

Une « aide exceptionnelle aux familles les plus modestes »

Emmanuel Macron a annoncé une « aide exceptionnelle aux familles les plus modestes », et pour « les étudiants les plus précaires », affectés par la crise du coronavirus.

Le président a demandé au gouvernement de « verser sans délai une aide exceptionnelle aux familles les plus modestes avec des enfants, afin de leur permettre de faire face à leurs besoins essentiels », a-t-il déclaré dans son allocution télévisée. « Les étudiants les plus précaires vivant parfois loin de leur famille, en particulier lorsque celles-ci viennent d’Outre-mer, seront aussi aidés », a ajouté le chef de l’Etat.

Les assemblées consultées sur l’application dédiée au coronavirus

Une application numérique dédiée, « sur la base du volontariat et de l’anonymat, permettra de savoir si oui ou non, vous avez été en contact » avec une personne positive au Covid-19, a indiqué Emmanuel Macron, qui précise que les parlementaires seront consultés sur cette question. « D’après les premières données, qui seront affinées par les tests sérologiques, une très faible minorité de Français ont contracté la maladie. Nous sommes très loin de ce que les spécialistes appellent l’immunité collective. »

« Nous sommes à un moment de vérité, de refondation »

C’est en voulant évoquer l’avenir et le monde d’après que le chef de l’Etat a conclu sa (presque) demi-heure d’allocution télévisée. « Nous sommes à un moment de vérité qui impose plus d’ambition, plus d’audace, un moment de refondation, a-t-il dit. Il nous reviendra de rebâtir une indépendance agricole, sanitaire, industrielle et technologique française, et plus d’autonomie stratégique pour notre Europe (…). Il nous faudra bâtir une stratégie où nous retrouverons le temps long, la possibilité de planifier, la sobriété carbone, la résilience… ».

Source : Franceinfo

Marino Stozza
Marino Stozza
Inscrivez-vous à notre newsletter

Sign In QUÉBEC 89

Account details will be confirmed via email.

Reset Your Password