L’oeil du marché: "Le stress pourrait monter d’un cran alors que la propagation du coronavirus prend de plus en plus d’ampleur"

Share on email
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Le Trésor américain et les compagnies aériennes s'accordent sur un plan de sauvetage

Les marchés européens sont repartis dans le rouge vendredi à l’ouverture, l’effet positif de l’envolée des cours du pétrole la veille s’estompant dans un marché qui attendait en outre avec anxiété le rapport américain sur l’emploi de mars.

« Les indices européens devraient ouvrir sans réelle tendance ce matin dans l’attente de la publication des chiffres de l’emploi américain », a souligné dans une note John Plassard, spécialiste de l’investissement chez Mirabaud Securities.

Toutefois, « étant donné que les enquêtes du département du Travail ont eu lieu pendant la semaine qui contient le 12e jour du mois, ce qui signifie avant que l’impact du COVID-19 ne soit réellement visible, le rapport sur l’emploi de mars ne devrait pas être d’un grand intérêt pour les investisseurs », a estimé dans une note Christopher Dembik, responsable de la recherche économique chez Saxo Banque.

Mais « le stress pourrait monter d’un cran alors que la propagation du coronavirus prend de plus en plus d’ampleur en atteignant les 1 million de personnes à travers le monde », a complété M. Plassard.

La pandémie explose particulièrement aux Etats-Unis, où 1.169 décès ont été enregistrés en 24 heures, en hausse d’un tiers sur le précédent bilan quotidien.

Alors que la moitié de l’humanité est à l’arrêt, les économies sont ravagées par ce fléau, comme le montre un autre chiffre dramatique: en une semaine, 6,6 millions d’Américains ont perdu leur emploi, selon les chiffres records des demandes hebdomadaires d’allocations chômage publiés jeudi.

« La séance a été agitée hier pour les marchés boursiers européens et américains », a résumé pour sa part David Madden, un analyste de CMC Markets.

« L’humeur était positive durant la première moitié de la journée mais les horribles données sur le marché du travail américain ont jeté un froid, rappelant l’impact économique sévère de la pandémie », a-t-il ajouté.

Toutefois, des tweets de Donald Trump promettant une réduction de la production russe et saoudienne pour rééquilibrer le marché de l’or noir ont fait flamber les cours du pétrole, redonnant finalement le sourire aux marchés boursiers.

Par ailleurs, la Banque mondiale s’est dite prête jeudi à déployer jusqu’à 160 milliards de dollars au cours des 15 prochains mois pour aider les pays à répondre aux conséquences sanitaires immédiates de la pandémie et soutenir la reprise économique.

Du côté des indicateurs, l’activité dans les services en Chine s’est de nouveau contractée en mars, selon un indice indépendant publié vendredi.

En zone euro, les ventes au détail pour février et l’indice PMI dans les services définitif pour mars sont attendus.

Aux Etats-Unis, outre le très attendu rapport sur l’emploi de mars, qui sera publié à 14h30, les investisseurs prendront connaissance de l’activité dans les services (ISM), également pour le mois dernier.

Le point à l’ouverture:

La Bourse de Francfort évoluait vendredi en baisse, le Dax cédant 0,77%. Vers 9h20, l’indice vedette reculait de 74,13 points, à 9.496,69 points. Le MDax des valeurs moyennes était en baisse de 0,42% à 20.401,52 points;

La Bourse de Paris a démarré légèrement dans le rouge (-0,38%). A 9h, l’indice CAC 40 lâchait 16,15 points à 4.204,81 points. La veille, il avait fini en hausse de 0,33%;

La Bourse de Londres évoluait en baisse vendredi matin (-0,73%). Vers 9h50, l’indice FTSE-100 des principales valeurs perdait 39,81 points à 5.440,41 points.

Source de cet article : Lalibre.be

Maria Rodriguez
Maria Rodriguez
Inscrivez-vous à notre newsletter

Sign In QUÉBEC 89

Account details will be confirmed via email.

Reset Your Password