Quand les citadins cultivent la ville

Share on email
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Quand les citadins cultivent la ville

Vêtements amples et chaussures de jardin aux pieds, Véra Briole fait le tour du potager : aromates, carottes, choux, blettes, cultivés selon les principes de la permaculture. Plus loin, le verger avec des pommiers, des poiriers, des abricotiers en fleurs, des vignes, du houblon… Il faisait doux en cet après-midi de mars d’avant confinement, et, l’espace d’un instant, les outils posés devant l’appentis et les carrés amoureusement entretenus nous feraient presque oublier où on est. Mais les cris des enfants dans l’aire de jeux, non loin des jeunes migrants assis sur les bancs, face à nous, et les rails de la gare de chemin de fer nous ramènent vite à la réalité.

Comme tous les mercredis après-midi, la médiatrice locale tient sa permanence au jardin pédagogique Comm’un Jardin, au sein du square Rosa-Luxemburg, dans le très minéral 18e arrondissement de Paris. Véra Briole fait partie des sept salariés des Vergers urbains, une association créée en 2012 par des habitants du quartier. Objectif : « valoriser la nature en ville en la rendant comestible ». Depuis la création du parc, voilà six ans, sur la zone d’aménagement concerté Pajol, symbole du renouveau de cet îlot parmi les plus populaires de la capitale, c’est elle qui gère cet espace.

Des ateliers thématiques

Plusieurs fois par mois, des jardiniers en herbe viennent profiter des ateliers thématiques proposés par l’association, des citadins pur jus aux Parisiens d’adoption qui ont jardiné en France ou à l’étranger. Selon la saison, ils apprennent à fabriquer des nichoirs à oiseaux, à tresser l’osier « vivant », à tailler des arbres fruitiers ou, comme ce samedi de mars, à réaliser des semis. « Des légumes d’été : tomates, courgettes, poivrons, énumère Véra. J’explique la vie des graines, pourquoi ça marche et pourquoi ça ne marche pas. » Dans les parcelles potagères, les copeaux de bois font la joie des merles, moineaux friquets et autres troglodytes mignons que la médiatrice se plaît à observer.

Comm’un Jardin, au sein du square Rosa-Luxemburg, géré par l’association Vergers Urbains, est ouvert au public. CÉCILE PELTIER

Véra est en train de raconter comment un jour un héron a mangé toutes les carpes des bassins du parc, lorsque surgit Simon. Juché sur son vélo, ce presque trentenaire aux faux airs de Corto Maltese est venu chercher des boutures et des conseils auprès de Véra. « C’est elle qui m’a tout appris », confie-t-il. Il vient d’emménager à deux stations de métro, et en attendant de trouver une parcelle dans un jardin partagé, il s’est lancé dans un ambitieux projet de végétalisation de son balcon et du toit de son immeuble. « J’ai besoin de nature, le béton me rend triste », justifie le jeune homme avec emphase.

Source officielle de cet article : Le Monde

Roberta Flores
Roberta Flores
Inscrivez-vous à notre newsletter

Sign In QUÉBEC 89

Account details will be confirmed via email.

Reset Your Password