Quelle place occupent les femmes en santé?

Share on email
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Quelle place occupent les femmes en sciences, particulièrement dans le secteur de la santé? Quel est le chemin parcouru, que reste-t-il à accomplir? À l’occasion de la Journée internationale des femmes et des filles de science et de la Journée internationale des femmes, la Faculté de médecine de l’Université de Montréal vous invite à une conférence-midi gratuite animée par la journaliste Noémi Mercier et présidée par Marie-Josée Hébert, vice-rectrice à la recherche, à la découverte, à la création et à l’innovation.

Cinq invitées viendront partager leurs trajectoires avec l’assistance.

 

Hélène Boisjoly, doyenne de la Faculté de médecine

Spécialisée en ophtalmologie, la Dre Boisjoly est la première femme à accéder en 2011 au poste de doyenne d’une faculté de médecine au Québec. Elle a également été la première directrice scientifique du Réseau de recherche en santé de la vision (1996-2002) et la première femme au Canada à avoir dirigé un département universitaire d’ophtalmologie (2000-2008).

 

Caroline Quach-Thanh, professeure à la Faculté de médecine

Figurant parmi les 100 femmes les plus influentes du Canada, la Dre Quach-Thanh est pédiatre, microbiologiste-infectiologue et épidémiologiste. Elle agit à titre de médecin responsable de l’unité de prévention et de contrôle des infections au CHU Sainte-Justine. Ses travaux de recherche sont axés sur la prévention des infections nosocomiales et sur les maladies évitables par la vaccination.

Bilkis Vissandjée, professeure à la Faculté des sciences infirmières

Bilkis Vissandjée est l’une des chercheuses principales de l’équipe Migration et ethnicité dans les interventions en santé et en services sociaux au Centre de recherche SHERPA du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de l’Ouest-de-l’Île-de-Montréal. Ses thèmes de recherche et d’intervention ont trait aux défis que pose la prestation de soins de qualité dans un contexte complexe, selon une perspective tenant compte de l’intersection du genre, de l’appartenance ethnique, des expériences d’immigration et de l’équité.

Céline Fiset, professeure à la Faculté de pharmacie

Céline Fiset est chercheuse à l’Institut de cardiologie de Montréal. À la tête d’un laboratoire de recherche très actif, elle mène des travaux qui ont notamment contribué à désigner les facteurs responsables des différences entre les sexes dans l’activité électrique cardiaque et les arythmies.

 

Alexia Ostrolenk, étudiante au doctorat en sciences biomédicales

Titulaire d’une maîtrise en neurosciences, Alexia Ostrolenk travaille sur l’apprentissage de la lecture et le développement du langage chez les enfants autistes. Elle est également engagée dans la communication scientifique et la vulgarisation des sciences auprès des jeunes.

Source : UDM

Maria Rodriguez
Maria Rodriguez
Inscrivez-vous à notre newsletter

Sign In QUÉBEC 89

Account details will be confirmed via email.

Reset Your Password