Revue de presse Afrique : maîtriser cette pandémie s’avèrera impossible si l’Afrique est laissée seule face au Covid19

Share on email
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Maîtriser cette pandémie s’avèrera impossible si l’Afrique est laissée seule face au Covid19

Sciences - Revue de presse Afrique : maîtriser cette pandémie s’avèrera impossible si l’Afrique est laissée seule face au Covid19 » Se préparer au pire « , avait prévenu le directeur de l’Organisation mondiale de la santé Tedros Adhanom Ghebreyesus, alors que l’épidémie de Covid19 commençait à faire ses premiers malades sur le continent africain. Nous passions en revue la situation de quelques-uns de ces Etats dans un article en ligne le mois dernier. Beaucoup de gouvernements avaient déjà pris des mesures pour éviter les grands rassemblements, fermé les écoles et universités, fermé les frontières. Mais les constants récurrents parlent de systèmes de santé très mal armés et surtout de conditions de vie pour les populations qui ne permettent pas la distanciation sociale. Le Premier ministre éthiopien et prix Nobel de la paix Abyi Ahmed s’alarme dans une tribune du quotidien économique britannique The Financial Times de la » myopie  » des luttes que chaque Etat mène sur son territoire. Bien que nécessaires, ces luttes nationales oublient le tableau d’ensemble.Tant que le virus court à travers le monde, aucun de ces Etats, victorieux chez lui contre le Covid-19 ne sera pas à l’abri d’un retour de la maladie sur son territoire. Abyi Ahmed pense aux systèmes de santé de son continent qui ne permettront pas l’endiguement et en appelle à la solidarité internationale. Si l’Afrique, à cause de son manque d’infrastructures, d’équipements et de personnels ne parvient pas à juguler ses cas, l’épidémie pourrait alors revenir avec plus force encore vers d’autres régions du monde.

Des cartes pour suivre l’avancée de l’épidémie se montent peu à peu

Sciences - Revue de presse Afrique : maîtriser cette pandémie s’avèrera impossible si l’Afrique est laissée seule face au Covid19Pour suivre l’avancée de l’épidémie de coronavirus sur le continent africain, on peut se référer au tableau de bord évolutif de l’Université américaine John Hopkins. C’est la carte la plus consultée au monde, élaborée et mise à jour par une petite équipe au sein d’une entité de recherche de l’université, le Center for Systems Science and Engineering. Plus spécifiquement pour l’Afrique, des tableaux de bord de surveillance des cas de Covid-19 élaborés avec le même outil de visualisation et d’analyse de données que la carte de John Hopkins sont disponibles sur le site de Africa Geoportal depuis peu. Ces géoportails sont en accès libre pour les chercheurs africains comme l’expliquait le site d’informations Space in Africa en 2019. Il existe ainsi un Africa Dashboard for Tracking the COVID-19 en temps réel. A la date où nous avons consulté le portail (10 avril 2020), étaient déjà disponibles un tableau de bord pour le Sénégal, le Ghana, la Côte d’Ivoire, le Nigéria, ainsi que 10 pays d’Afrique du sud et de l’Est. Le magazine hebdomadaire Jeune Afrique met à jour également quotidiennement une carte compilant les données collectées auprès de l’OMS, de l’Agence France-Presse et des autorités sanitaires des pays du continent. Cette carte propose les chiffres de cas de contamination au Covid qui ne sont pas à jour mais permet en un coup d’oeil d’évaluer les mesures d’endiguement de l’épidémie adoptées d’un pays à l’autre. Il suffit de passer sa souris sur l’Afrique du sud par exemple pour savoir qu’elle a suspendu ses vols en provenance de pays à risque, interdit l’accostage de bateaux de croisière et renforcé la surveillance de ses frontières, fermé ses écoles depuis le 18 mars et interdit les rassemblements.

Pronostics sombres et pessimisme face à l’épidémie qui vient

Sciences - Revue de presse Afrique : maîtriser cette pandémie s’avèrera impossible si l’Afrique est laissée seule face au Covid19Au 10/04/2020, c’est l’Afrique du sud, le pays le plus industrialisé du continent qui comptabilise le plus grand nombre de cas : 2003 malades (et 24 morts), mais c’est l’Algérie à l’extrême opposé du continent qui a perdu 256 personnes à ce jour. Les chiffres ne rendent pas compte de la réalité sur le terrain d’après le site d’informations médicales Allo Docteurs Africa. Son article cite le constat fait par la Fondation du milliardaire anglo-soudanais Mo Ibrahim : en temps normal, beaucoup d’Etats peinent à recenser leurs morts, le Niger par exemple, n’enregistre que 3,5% de ses décès. Les chiffres des morts sont probablement sous-évalués. Autre élément intéressant évoqué par l’article d’Allo Docteurs Africa, c’est la modélisation effectuée par la London School of Hygiene and Tropical Medicine qui prévoit près de 450.000 cas d’ici mai pour tout le continent. Se rapproche-t-on d’un « pic épidémique » dès les prochaines semaines comme l’évoque un haut responsable pour l’OMS-Afrique? Le continent subit déjà les effets de la pandémie: ils sont économiques.

L’E-santé, pour remédier (un peu) aux manques d’équipements sanitaires

Sciences - Revue de presse Afrique : maîtriser cette pandémie s’avèrera impossible si l’Afrique est laissée seule face au Covid19Beaucoup de pays du continent ne disposent pas des infrastructures hospitalières qui permettront d’affronter dans de bonnes conditions l’épidémie de Covid-19. Le secteur de l’e-santé ou santé numérique va-t-il permettre de pallier les manques ? C’est l’hypothèse optimiste de l’hebdomadaire français Le Point qui liste plusieurs expériences kenyanes de télémédecine, de plateformes d’apprentissage, de formation des personnels de santé et de tests connectés. Les initiateurs et usagers de ces outils s’accordent sur le besoin pressant en formation et en information des médecins et personnels de santé. Autre projet relaté par le site Space in Africa, l’Agence spatiale nigériane lance une installation de télémédecine pour soutenir les tests Covid-19 au Nigéria. Une autre initiative pour pallier l’isolement des professionnels de santé africains est présentée par le fondateur de la jeune pousse REMA, pour Réseau d’Echange entre Médecins d’Afrique dans une interview donnée au site d’informations spécialisées Startup Brics. Les professionnels de santé sont peu nombreux : d’après Sedric Degbo, à la tête de REMA, on compte à peine 2,7 médecins pour 10.000 habitants sur le continent africain. Du fait de leur isolement géographique, du manque de moyens et d’infrastructures de soins, ces praticiens ne savent pas vers qui se tourner lors de diagnostics difficiles. REMA est une application qui met en relation près de 6000 médecins certifiés adhérents qui peuvent interagir avec leurs collègues, demander conseil, poster questions, photos et commentaires, aider à poser un diagnostic et éviter les erreurs médicales. Celles-ci, selon Sedric Degbo, » provoquent plus de décès que le paludisme et le SIDA réunis  » ! Avec l’arrivée du Covid, la jeune pousse met à disposition gratuitement son application aux ministères de la Santé des Etats d’Afrique de l’Ouest et du centre. Avant l’irruption du Sars-Cov2, le réseau s’est déjà rodé au contexte épidémique, il a servi aux médecins engagés dans la lutte contre Ebola en République Démocratique du Congo.

Source : Sciences et avenir

Marino Stozza
Marino Stozza
Inscrivez-vous à notre newsletter

Sign In QUÉBEC 89

Account details will be confirmed via email.

Reset Your Password