Revue de presse Asie : dans la lutte contre le Covid, le Kerala, un Etat indien se démarque totalement

Share on email
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Les trois premiers cas de Covid-19 détectés en Inde l’ont été au Kerala

Sciences - Revue de presse Asie : dans la lutte contre le Covid, le Kerala, un Etat indien se démarque totalementL’irruption du Covi-19 en Inde s’est traduit par beaucoup de confusion et d’impréparation au niveau national. Le Premier ministre indien a annoncé au soir du 23 mars 2020 que chacun devait rester chez soi pour quinze jours. 1,3 milliard de personnes ont ainsi été prévenus quatre heures avant de leur confinement total. D’où les scènes qui ont frappé les médias occidentaux de chaos et d’exode massif dans le pays quand les travailleurs migrants ayant perdu leur emploi du jour au lendemain ont tenté de rejoindre leur région d’origine. Le système de santé indien aura vraisemblablement du mal à faire face à une explosion de cas ; on compte en moyenne 0,55 lit d’hôpital pour 1000 personnes dans le pays. Il y a en revanche dans cette fédération d’États une région au sud qui s’en sort jusqu’à présent très bien : le Kerala, qui compte plus de 34 millions d’habitants. L’État a identifié dès fin janvier les tout premiers cas indiens de Covid-19, trois jeunes gens de retour de l’université de Wuhan, la ville chinoise d’où est partie la pandémie. Ils ont été aussitôt mis en isolement, et près de 3400 personnes ayant été en contact avec eux ont été mises en quarantaine. Le quotidien indien The Business Standard explique que les autorités sanitaires locales, prévenues de l’épidémie chinoise, incitaient les voyageurs, en provenance de Chine à un dépistage dans les cinq aéroports que compte cet l’État. Entre l’entrée sur le territoire du Kerala du premier cas et la mise en quarantaine des 3400 contacts avérés des trois premiers malades, il s’est passé cinq jours seulement si l’on en croit les chronologies établies par le magazine India Today. Les autorités sanitaires étaient déjà sur le pied de guerre avant même que le virus ne soit identifié officiellement sur le territoire.

Les instructions de l’OMS suivies “à la lettre”

Sciences - Revue de presse Asie : dans la lutte contre le Covid, le Kerala, un Etat indien se démarque totalementDepuis l’arrivée de la première patiente du Covid-19 fin janvier jusqu’à aujourd’hui, le Kerala dit avoir appliquer le “mantra” de l’Organisation mondiale de la santé : “test, trace, isolate, treat”, autrement dit tester, isoler, traiter et rechercher les contacts. Une vigilance de tous les instants qu’analyse le quinzomadaire indien Frontline. L’isolement des cas a concerné tous les cas symptomatiques retrouvés à force d’enquêtes minutieuses, menées par des contingents de fonctionnaires, policiers et assistants sociaux. Pour retrouver la trace des rencontres d’un malade, des cartes des lieux visitées par celui-ci ont été établies et diffusées auprès du public avec un numéro d’appel. Les cas positifs ont été isolés chez eux, à l’hôtel ou traités à l’hôpital. Les installations en place pour isoler et traiter s’inspiraient des protocoles observés pour Ebola. Le Kerala les avait déjà utilisés pour deux épidémies de virus Nipah en 2018 et 2019. Le magazine Frontline parle même de “réflexe” acquis lorsqu’il décrit la réactivité des autorités sanitaires à remonter les chaînes de contamination, à isoler, mettre en quarantaine, former les personnels au nouveau virus. Autre point important : la maîtrise de l’information sur l’épidémie. Pour contrer la désinformation qui saisit régulièrement les réseaux sociaux indiens, le Ministre en chef et deux de ses ministres dont la ministre de la Santé K.K. Shailaja sont montés au front quotidiennement : messages de mises à jour des cas, points sur les avancées médicales, de mises en garde et conseils répétés sur les gestes barrières sont passés par le truchement de conférences de presse quotidiennes et de posts sur les réseaux sociaux. L’État méridional est le premier du pays à avoir fermé ses écoles, cinémas et autres lieux publics jusqu’à la fin mars, à promouvoir la distanciation sociale jusque dans ses prisons, à figer tout mouvement. Dans le reste du pays, les mesures de confinement n’ont été mises en place que partiellement ou pleinement adoptées quand seulement le gouvernement central l’a décidé.

La leçon à retenir pour le reste de l’Inde et du monde: le Kerala a investi dans son système de santé

Sciences - Revue de presse Asie : dans la lutte contre le Covid, le Kerala, un Etat indien se démarque totalement C’est l’exemple à suivre en Inde, depuis de longues décennies. Le Kerala est systématiquement loué pour ses indicateurs de développement social qui valent ceux d’un pays développé. Taux d’alphabétisation, mortalité infantile, espérance de vie, tous les chiffres sont bien meilleurs que dans le reste de l’Inde.

Le Kerala s’est doté d’un réseau dense de soins à multiples niveaux qui permet aux habitants de ce petit État densément peuplé de trouver une assistance médicale pour soigner petits maux et pathologies lourdes près de chez eux. Au plus près des communautés villageoises ou citadines, se déploie un réseau de dispensaires locaux dédiés aux soins, aux campagnes de vaccinations et d’informations sanitaires. Pour chaque subdivision administrative, on trouve hôpitaux et centres de soins plus importants, et enfin à un troisième niveau, les patients peuvent être pris en charge par l’équivalent de nos CHU (centres hospitaliers universitaires), établissements mieux équipés, et dotés d’un large éventail de spécialistes. Une part conséquente du budget du petit État est consacrée à la santé et à la famille, comme l’explique la ministre de la Santé K.K. Shailaja au quotidien émirati The Gulf News. Le petit État a attiré également l’attention du magazine scientifique américain le MIT Technology Review. Un article met en parallèle le retard et l’impréparation, voire l’immobilisme du Premier ministre indien Narendra Modi et la précision et l’humanité du dispositif mis en place au Kerala contre le Covid-19. Le travail de détective d’un jeune fonctionnaire au Kerala chargé de remonter les chaînes de contamination contraste de façon criante avec l’inconsistance de la gestion sanitaire par le pouvoir central indien. L’article est titré avec emphase : “Ce que le monde peut apprendre du Kerala dans sa lutte contre le Covid”.

Première étape franchie : une courbe des cas de contaminations « aplatie »

Sciences - Revue de presse Asie : dans la lutte contre le Covid, le Kerala, un Etat indien se démarque totalementÀ la date du 17 avril, le Kerala a semble-t-il “aplati la courbe” de cas (flatten the curve) répète la presse indienne. Le virus se diffuse peu pour l’instant avec les mesures barrières mises en place et bien observées par la population. Sept nouveaux cas seulement ont été rapportés. Sur un total de 395 patients, 245 se sont remis, 3 sont décédés. La grande majorité des nouveaux cas sont venus de l’extérieur de l’État, dont la plupart de l’étranger. Ces cas “importés” vont augmenter, la diaspora installée en Europe, aux États-Unis et plus particulièrement dans les pays du Golfe espère revenir au pays. Les conditions de confinement sur place pour les expatriés indiens vivant dans ces États du Golfe sont éprouvantes. Le magazine India Today évalue leur nombre à près de 1,8 million d’expatriés éparpillés sur la péninsule Arabique, délaissés par les gouvernements locaux. Le Kerala a pris des mesures selon le site du magazine pour installer des camps de quarantaine, envoyer des médicaments et instaurer depuis l’Inde des consultations à distance. Avec le déconfinement qui se profile, deux défis s’annonceront. Il faudra anticiper d’une part la vague de retour des expatriés malayalis en provenance de pays étrangers et d’autres États indiens qui gonflera le nombre de cas de Covid-19 et menacera de saturer les hôpitaux. L’autre défi, et c’est le ministre des Finances du Kerala qui l’explique dans une tribune au quotidien The Indian Express, c’est un budget à sec.

Les trois premiers cas de Covid-19 détectés en Inde l’ont été au Kerala

Sciences - Revue de presse Asie : dans la lutte contre le Covid, le Kerala, un Etat indien se démarque totalementL’irruption du Covi-19 en Inde s’est traduit par beaucoup de confusion et d’impréparation au niveau national. Le Premier ministre indien a annoncé au soir du 23 mars 2020 que chacun devait rester chez soi pour quinze jours. 1,3 milliard de personnes ont ainsi été prévenus quatre heures avant de leur confinement total. D’où les scènes qui ont frappé les médias occidentaux de chaos et d’exode massif dans le pays quand les travailleurs migrants ayant perdu leur emploi du jour au lendemain ont tenté de rejoindre leur région d’origine. Le système de santé indien aura vraisemblablement du mal à faire face à une explosion de cas ; on compte en moyenne 0,55 lit d’hôpital pour 1000 personnes dans le pays. Il y a en revanche dans cette fédération d’États une région au sud qui s’en sort jusqu’à présent très bien : le Kerala, qui compte plus de 34 millions d’habitants. L’État a identifié dès fin janvier les tout premiers cas indiens de Covid-19, trois jeunes gens de retour de l’université de Wuhan, la ville chinoise d’où est partie la pandémie. Ils ont été aussitôt mis en isolement, et près de 3400 personnes ayant été en contact avec eux ont été mises en quarantaine. Le quotidien indien The Business Standard explique que les autorités sanitaires locales, prévenues de l’épidémie chinoise, incitaient les voyageurs, en provenance de Chine à un dépistage dans les cinq aéroports que compte cet l’État. Entre l’entrée sur le territoire du Kerala du premier cas et la mise en quarantaine des 3400 contacts avérés des trois premiers malades, il s’est passé cinq jours seulement si l’on en croit les chronologies établies par le magazine India Today. Les autorités sanitaires étaient déjà sur le pied de guerre avant même que le virus ne soit identifié officiellement sur le territoire.

Les instructions de l’OMS suivies “à la lettre”

Sciences - Revue de presse Asie : dans la lutte contre le Covid, le Kerala, un Etat indien se démarque totalementDepuis l’arrivée de la première patiente du Covid-19 fin janvier jusqu’à aujourd’hui, le Kerala dit avoir appliquer le “mantra” de l’Organisation mondiale de la santé : “test, trace, isolate, treat”, autrement dit tester, isoler, traiter et rechercher les contacts. Une vigilance de tous les instants qu’analyse le quinzomadaire indien Frontline. L’isolement des cas a concerné tous les cas symptomatiques retrouvés à force d’enquêtes minutieuses, menées par des contingents de fonctionnaires, policiers et assistants sociaux. Pour retrouver la trace des rencontres d’un malade, des cartes des lieux visitées par celui-ci ont été établies et diffusées auprès du public avec un numéro d’appel. Les cas positifs ont été isolés chez eux, à l’hôtel ou traités à l’hôpital. Les installations en place pour isoler et traiter s’inspiraient des protocoles observés pour Ebola. Le Kerala les avait déjà utilisés pour deux épidémies de virus Nipah en 2018 et 2019. Le magazine Frontline parle même de “réflexe” acquis lorsqu’il décrit la réactivité des autorités sanitaires à remonter les chaînes de contamination, à isoler, mettre en quarantaine, former les personnels au nouveau virus. Autre point important : la maîtrise de l’information sur l’épidémie. Pour contrer la désinformation qui saisit régulièrement les réseaux sociaux indiens, le Ministre en chef et deux de ses ministres dont la ministre de la Santé K.K. Shailaja sont montés au front quotidiennement : messages de mises à jour des cas, points sur les avancées médicales, de mises en garde et conseils répétés sur les gestes barrières sont passés par le truchement de conférences de presse quotidiennes et de posts sur les réseaux sociaux. L’État méridional est le premier du pays à avoir fermé ses écoles, cinémas et autres lieux publics jusqu’à la fin mars, à promouvoir la distanciation sociale jusque dans ses prisons, à figer tout mouvement. Dans le reste du pays, les mesures de confinement n’ont été mises en place que partiellement ou pleinement adoptées quand seulement le gouvernement central l’a décidé.

Source : Sciences

Roberta Flores
Roberta Flores
Inscrivez-vous à notre newsletter

Sign In QUÉBEC 89

Account details will be confirmed via email.

Reset Your Password