Riz vietnamien: le pays allège l’interdiction d’exportation

Share on email
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Au Vietnam, après avoir décidé d’interdire jusqu’à fin mai les exportations de riz pour garantir sa sécurité alimentaire, le pays est finalement revenu partiellement sur sa décision permettant la vente à l’étranger de 400 000 tonnes ce mois-ci. Les explications de notre correspondant sur place à Hô Chi Minh-Ville.

C’est une décision en forme de compromis pour le Premier ministre vietnamien… une levée partielle et temporaire du blocage des exportations de riz pour répondre notamment aux inquiétudes des riziculteurs. Des producteurs déjà durement éprouvés par une sécheresse historique qui a frappé ces derniers mois le delta du Mékong, aggravée par la mise en service de barrages en amont du fleuve, en Chine et au Laos.

Si la décision du gouvernement de limiter les exportations était une bonne nouvelle pour les travailleurs pauvres car elle contribuait à faire baisser les prix sur le marché intérieur, elle risquait en revanche d’impacter négativement les producteurs, les privant de débouchés pour leurs produits.

Les autorités craignaient également qu’une interdiction pure et simple des exportations ne porte durablement atteinte à la crédibilité du pays en tant que fournisseur fiable de riz.

Le gouvernement a donc décidé de lâcher du lest. Il autorise à nouveau les exportations mais en imposant des quotas. Dans le même temps, il continue de constituer des réserves pour s’assurer de pouvoir nourrir ses 97 millions d’habitants.

Côté virus, si le pays est pour l’heure relativement épargné par l’épidémie et ne déplore aucun décès, le programme dit de « distanciation sociale » commencé le 31 mars dernier, commence à peser sur l’économie. De nombreuses petites entreprises ont dû fermer et licencier leur personnel mettant en difficulté des familles entières. Pour aider les plus précaires, comme les vendeurs de rue, le gouvernement a mis en place des distributions gratuites de riz dans les plus grandes villes du pays.

A l’international, sur le court terme, le pays – 3e exportateur mondial après l’Inde et la Thaïlande – devrait maintenir sa politique de quotas à l’exportation. Le gouvernement vietnamien rendra sa prochaine décision le 25 avril prochain. En attendant, le court mondial du riz devrait continuer à fluctuer. Tout dépendra également de la sécheresse. D’après certains experts, si elle devait perdurer jusqu’en juin, elle pourrait avoir un impact significatif mettant à mal l’approvisionnement sur le marché mondial.

Source : RFI

Maria Rodriguez
Maria Rodriguez
Inscrivez-vous à notre newsletter

Sign In QUÉBEC 89

Account details will be confirmed via email.

Reset Your Password