RPG pour Android : les meilleurs jeux de rôle sur smartphones et tablettes

Share on email
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
dossier rpg mobile ffbe

Partir à l’aventure. Vivre une histoire épique. Rencontrer des personnages hauts en couleur. Participer à des combats avec d’autres joueurs en provenance du monde entier. Voilà ce qui vous attend dans cette sélection de jeux de rôle pour Android, mêlant les genres, les modèles économiques et les environnements.

Les fans de RPG vous le diront : un bon jeu de rôle ne tient pas simplement à de beaux graphismes, un gameplay fluide ou un casting de personnages attachants. C’est une alchimie entre tous ces éléments et l’écriture d’un scénario à la fois complexe et facile à appréhender. Car il ne faut pas rebuter les néophytes, tout en arrivant à convaincre les experts et les fans. De tous les genres du jeu vidéo, le jeu de rôle est donc peut-être l’un des plus ingrats, tant l’équilibre est précaire.

Depuis l’avènement du jeu mobile, le RPG a évolué. D’un modèle classique, où le joueur achète une expérience complète comme il acquiert un jeu sur console, il est devenu, pour la plupart, un parcours évolutif, sans véritable but à atteindre que la performance et le jusqu’au-boutisme. Terminer la mission la plus difficile jamais proposée. Récupérer les armes et les personnages les plus puissants. Infliger aux ennemis des dégâts colossaux. Inscrire son nom tout en haut du classement des joueurs les plus coriaces. Et dépasser sans cesse les limites (le mieux étant de le faire de façon ostentatoire sur les réseaux sociaux).

A lire aussi : meilleurs jeux Android gratuits, notre top à télécharger !

Parmi la flopée de jeux de rôle qui existent dans le Play Store, nous vous proposons ici une sélection (subjective, mais testée) répartie en deux catégories. Parce qu’il existe plusieurs expériences de jeu en mobilité. La première partie est dédiée aux jeux « premium ». Vous les achetez avant de les télécharger. Et vous ne payez (généralement) rien de plus pour bénéficier d’une expérience complète. Dans cette catégorie, vous retrouverez des RPG mobiles de grande envergure, des remakes de grands titres sur console et des hits du jeu indépendants.

dossier rpg mobile ff15 pe

La seconde catégorie est dédiée aux jeux freemium, téléchargeables gratuitement, mais dont le modèle économique est basé sur les achats intégrés et sur un système de tirage au sort pour recruter des alliés plus puissants ou les équiper d’armes plus puissantes. Notez que nous ne mettrons pas ici les RPG premium dont le scénario complet se débloque grâce à un achat intégré, comme Final Fantasy XV Pocket Edition. Nous les plaçons directement dans la première catégorie.

Les meilleurs RPG Premium pour Android

Final Fantasy XV Pocket Edition

Hormis la réédition de nombreux épisodes sortis sur Super Nintendo, PlayStation, Gameboy Advance et Nintendo DS, Square-Enix a également adapté Final Fantasy XV pour les mobiles (même si, au final, vous retrouvez aussi cet épisode en téléchargement sur console). Il s’agit de Final Fantasy XV Pocket Edition. Un épisode qui démontre que RPG payant a toute sa place dans l’univers des smartphones.

Cette adaptation a relativement peu d’incidence sur le scénario originel. Vous suivez toujours Noctis, prince de Lucis, accompagné de ses trois fidèles compagnons Ignis, Prompto et Gladiolius. Vous aurez toujours quelques problèmes mécaniques avec la Regalia. Et vous aurez toujours à coeur de libérer votre patrie en partant en quête des armes sacrées de votre lignée. Un excellent scénario au passage.

Vous retrouvez également les différentes capacités de Noctis, notamment l’assaut éclipse (l’attaque signature de Noctis) qui permet de s’élancer dans une bataille en un clin d’oeil. Comme dans le jeu originel, vous aurez l’occasion de réaliser des combinaisons avec vos compagnons, même s’il est ici plus facile de les déclencher que sur PS4. Car, outre une réalisation technique un peu plus proche des remakes de Final Fantasy III et Final Fantasy IV, la grande différence entre la version console de FFXV et la Pocket Edition est la prise en main. Les contrôles sont simplifiés. Et, globalement, le jeu est plus facile. Ce qui correspondra peut-être mieux à certains joueurs.

Le premier chapitre est jouable gratuitement. Puis vous débloquez chaque chapitre avec un achat intégré. Une fois débloqué, vous pouvez le reparcourir autant de fois que vous le souhaitez. Notez qu’il existe aussi un pack complet d’une vingtaine d’euros qui débloque l’ensemble des neuf chapitres additionnels.

Disgaea 1 Complete

Alors que Fire Emblem et Shining Force étaient considérés dans les années 90 comme des références absolues du RPG Tactique japonais, Nippon Ichi Software (aka NIS) a chamboulé l’ordre établi avec Disgaea, sorti sur PlayStation 2. Depuis, NIS a gagné ses lettres de noblesse dans l’univers du RPG Tactique sur console. Après avoir décliné son premier opus sur Nintendo DS, PlayStation Portable, PlayStation 4 et Nintendo Switch, le voici sur Android dans sa version complète.

Une version qui comprend non seulement le scénario originel, mais également le scénario alternatif ou Laharl, le héros du jeu, est tué par sa fidèle servante Etna. Vous retrouvez également les personnages supplémentaires et les nouveaux niveaux de customisation. C’est une occasion en or de se replonger dans ce premier opus. D’autant que, malgré un prix relativement élevé pour un jeu smartphone (37 euros), cette version mobile n’en est pas moins la moins chère (le même jeu est vendu 50 euros sur console). Et chaque centime vous procurera des dizaines d’heures de jeu…

Disgaea est un monument du RPG tactique. Derrière une réalisation en 3D isométrique léchée se cache un scénario à l’humour grinçant. Vous jouez le rôle de Laharl, fils du défunt roi de Netherworld. Héritier du trône, il doit conquérir son royaume à coup d’épée et de manchot explosif, avec l’aide de son « adorable » servante, Etna. C’est par le plus grand des hasards qu’il tombe sur Flonne, un ange tombé du ciel. Le trio va mettre sens dessus dessous tout ce qui a le malheur de croiser leur route.

Le gameplay de Disgaea est redoutable. Et empirique. Car NIS a poussé la customisation des personnages très (trop ?) loin. Non seulement chaque personnage peut monter jusqu’au niveau 9999 (non, il n’y a pas un 9 en trop), mais vous pouvez aussi conquérir chaque arme du jeu pour augmenter son potentiel de destruction. Chaque capacité d’un personnage et chaque niveau de maitrise d’une arme peut également être poussé à son paroxysme. Le but : infliger des millions de points de dégât au malheureux qui osera croiser votre chemin. Et encore, ce n’est là qu’un début…

Castlevania Symphony of the Night

dossier rpg mobile castlevania sotn

Paru sur PlayStation en 1997, Symphony of the Night est un épisode pivot de la série Castlevania, la célèbre saga qui a même droit à son adaptation sur Netflix. Il introduit un nouveau personnage très charismatique, Alucard, fils de Dracula. Et il amène à la série le gameplay « légendaire » que tous les journalistes et les gamers appellent « Metroidvania », mélange de Metroid et de Castlevania, avec cette petite touche de jeu de rôle qui ne déplait pas. Il a dès lors servi de maître étalon à tous les épisodes 2D de la série.

Symphony of the Night est un titre complet, progressif à la difficulté bien dosé. Vous jouez le rôle d’Alucard. Quelques années après la victoire de Richter Belmont sur Dracula (dans l’épisode Rondo of Blood paru sur PC Engine), le château de ce dernier réapparait. Alucard s’y précipite pour stopper net la résurrection annoncée du vampire. C’est le début d’une belle aventure qui réserve de nombreuses surprises, comme un second personnage jouable et un château inversé.

Certains pourraient estimer que Symphony of the Night n’est pas un RPG. Ils auraient tort. Car, même si le gameplay est très porté sur l’action, le titre emprunte de nombreux éléments aux jeux de rôle. D’abord la montée de niveau, puisqu’Alucard (et Richter Belmont) gagne de l’expérience en tuant ses ennemis. Il acquiert également des armes, des armures et des accessoires pour améliorer attaque et défense. Il ramasse des objets de toute sorte, ainsi que de l’argent qui lui sert à acheter de l’équipement. Il obtient de nouveaux pouvoirs au fur et à mesure de la progression.

Vendu moins de 4 euros sur le Play Store, Symphony of the Night est une perle de l’histoire du jeu vidéo. Dans cette version pour mobile, Konami a intégré une nouvelle interface pour améliorer la jouabilité et la fluidité des combats. Mais nous ne saurions trop vous recommander de vous y adonner avec une manette.

The Worlds Ends With You

dossier rpg mobile twewy

Sorti à l’origine sur Nintendo DS avant d’être adapté sur Switch, The World Ends With You est l’une des plus belles expériences vidéoludiques de Square-Enix. Une expérience autant visuelle, auditive que tactile : design remarquable, sublime bande originale de Takeharu Ishimoto et gameplay très innovant pour un jeu de rôle (même si l’usage d’un écran tactile est plus répandu aujourd’hui). Voilà la recette d’un jeu qui a marqué son temps.

Et n’oublions pas le scénario, emprunté au cinéma fantastique et aux séries Z, où un jeune garçon nommé Neku se réveille dans une dimension parallèle à la nôtre, en plein coeur du quartier de Shibuya, à Tokyo, obligé de jouer à un jeu de survie. Incapable d’interagir avec la dimension normale, il est accompagné d’autres participants au jeu et doit collecter des badges aux pouvoirs mystérieux.

Sur Nintendo DS, le jeu originel tirait déjà fortement parti de l’écran tactile, en déplaçant le personnage et en activant les badges avec le stylet. La même méthode s’applique aussi ici. La force de The World Ends With You est son ambiance, inspiré de la pop culture et de la mode japonaise, les deux raisons de vivre du quartier Shibuya. Une vraie belle réussite proposée à 16 euros sur le Play Store.

Romancing Saga 3

dossier rpg mobile romancing saga 3

Parmi toutes les grandes séries de RPG de Square-Enix, SaGa est bien moins connue que Dragon Quest, Final Fantasy ou Secret of Mana. Elle tire pourtant ses origines sur la Gameboy originelle (sous le nom de Final Fantasy Legend) et a acquis ses lettres de noblesse sur la Super NES. Romancing Saga 3 est le troisième et dernier épisode de la série à être sorti sur cette console. Et il n’a pas à rougir de la comparaison avec Final Fantasy VI.

Romancing Saga 3 est un jeu atypique, où le scénario, très complexe, vous propose d’incarner l’un des huit personnages principaux que vous pouvez personnaliser en choisissant son alignement astral, son arme de prédilection et même son nom. Contrairement à la série Final Fantasy où le scénario est assez rigide, celui de Romancing Saga offre une grande liberté de choix, avec des conséquences sur l’avenir.

Dotée d’une très belle réalisation en 2D et bénéficiant de graphismes HD retravaillés à l’occasion de son lancement sur smartphone, Romancing Saga 3 vous étonnera certainement par ses choix artistiques plus proches du folklore japonais que nombre d’autres productions provenant de l’archipel asiatique.

Petit bémol de cette localisation internationale, seuls les anglophones pourront profiter pleinement de toutes les subtilités. En outre le prix est assez élevé : 32 euros. Notez que le deuxième opus a également été réédité et traduit sur Android. Il est proposé au prix de 18 euros.

Final Fantasy VI

Si vous voulez jouer sur Android à un Final Fantasy sorti sur console dans les années 90, vous avez l’embarras du choix. FF1 (version PSP), FF2 (version PSP également), FF3 (la version DS), FF4 (version DS), FF5 (un remake inédit), FF6 (également un remake inédit), FF7 (version PS1, pas PS4 évidemment), FF9 (version PS1 aussi) et FF Tactics (version PSP). Parmi tous ces grands noms du RPG japonais, nous avons choisi de mettre en avant Final Fantasy 6.

A lire aussi : test de Final Fantasy VII Remake, une renaissance fantastique

Deux raisons à cela. D’abord, cette version de FF6 est inédite. À l’image de Final Fantasy 5, cet opus bénéficie d’une nouvelle réalisation technique avec des graphismes plus fins (même si les fans de la première heure préféreront peut-être les sprites de la Super NES). Cette version bénéficie aussi d’une interface inédite adaptée aux smartphones. Et elle inclut les ajouts intégrés dans la version GBA.

Seconde raison, Final Fantasy 6 est certainement le meilleur épisode de la série, même s’il n’est pas forcément le plus connu. L’histoire de Terra, Celes, Locke, Sabin et Edgar, sans oublier le clown maléfique Kefka, est l’un des meilleurs scénarios de RPG japonais, même encore aujourd’hui, tant il est complet, complexe et humaniste. Et nous ne parlons pas du système de jeu, très abouti, de la personnalisation des personnages basée sur les magilithes, et des nombreux monstres à conquérir pour obtenir les meilleures armes.

Banner Saga, créé par le studio Stoic, est une épopée rare dans l’univers du jeu vidéo. C’est une de ces perles rares que vous ne pouvez retrouver aujourd’hui que dans le miasme foisonnant du jeu indé, loin des budgets des superproductions pour PC et console.

Jeu de rôle tactique en plusieurs volets (le dernier n’étant disponible pas encore disponible sur Android), Banner Saga vous place à la tête d’une caravane dans un monde où les Dieux sont morts et le soleil ne se couche plus. Une époque d’autant plus sombre que les Dredge, des êtres de pierre venus du Nord, entament à nouveau leur conquête des terres plus clémentes. Votre caravane est constituée d’humains et de Varls, des guerriers aussi puissants que grands. Et vous devez déplacer ce beau monde tout en évitant la menace des Dredge.

La force de Banner Saga n’est pas son système de jeu, même si ce dernier est très bien équilibré et donne la part belle à la stratégie (avec une grande place donnée à la gestion des unités). La force de Banner Saga, c’est la mise en scène. D’un côté des graphismes époustouflants, inspirés des techniques d’animation des studios américains comme Disney.

De l’autre un scénario finement écrit et très complexe. Banner Saga est presque un dessin animé interactif, tant la place donnée à l’histoire est importante, même dans une catégorie de jeu ou le scénario est prépondérant. Sur Android, seuls les deux premiers opus sont proposés. Chacun d’eux, assez long en durée de vie, coûte 11 euros.

Les meilleurs RPG Freemium pour Android

War of the Visions FFBE

Développé par Gumi, War of the Visions est un spin-off de Final Fantasy Brave Exvius (que vous pouvez retrouver dans cette sélection). Reprenant le gameplay et l’ergonomie de Final Fantasy Tactics War of the Lions, War of the Visions est un RPG tactique à l’image de Fire Emblem Heroes.

L’histoire de War of the Visions ne se déroule pas dans l’un des deux mondes de Brave Exvius (Lapis et Paladia), mais sur de nouvelles terres : celles d’Ardra. Vous suivez les aventures de Mont et Sterne, les deux princes jumeaux de Leonis, un petit royaume dont la particularité est d’être capable d’exploiter les Visions, des guerriers venus parfois d’autres mondes et qui combattent pour ceux qui les ont invoqués.

Jeu très récent (puisqu’il est sorti en Europe en 2020), War of the Visions propose aux fans de la licence Final Fantasy de constituer une escouade de héros, dont certains proviennent de Brave Exvius (Ayaka la guérisseuse, Aileen la mécanicienne). Grâce au système des Visions (comprenez invocations) qui soutient la série, vous pourrez compléter votre équipe avec des unités invitées. La première collaboration annoncée est d’ailleurs très logique, puisqu’il s’agit de Final Fantasy Tactics (avec Ramza, Orlandeau et Gaffgarion). Et il y en aura évidemment bien d’autres.

Comme Final Fantasy Tactics et Fire Emblem Heroes, War of the Visions fait la part belle à la stratégie avec de nombreuses aptitudes, un système de job tiré de la cosmologie de la série et une customisation poussée des personnages. Le jeu inclut le mode solo avec le scénario, un mode PVP (Arène) et un mode multijoueur (pour des missions en coopération).

Fire Emblem Heroes

La licence Fire Emblem est bien connue des joueurs sur console Nintendo. Chaque génération de console, portable ou salon, a accueilli au moins un opus de cette série. À l’heure où nous écrivons ces lignes, le dernier épisode s’appelle Fire Emblem Three Houses et il est disponible sur Switch.

En débarquant sur smartphone, Nintendo a décidé d’y faire la promotion de ses licences. Mario, Animal Crossing et Fire Emblem en sont les premiers représentants. Développé par DeNA, dont Nintendo est désormais l’un des actionnaires, Fire Emblem Heroes est autant un outil promotionnel qu’un excellent RPG tactique.

Vous y retrouvez le gameplay originel de la série (avec les fameux triangles des pouvoirs entre la lance, la hache et l’épée, ainsi que le feu, la glace et la foudre). Vous y retrouvez l’aspect stratégique avec un déplacement sur une grille, la prise en compte du terrain et les spécificités de chaque unité (celles qui volent, celles qui sont à pied ou à cheval, celles qui vont plus vite sur le sable, dans l’eau ou en montagne, etc.). Bref, tout ce qui fait de Fire Emblem l’excellente série qu’elle est.

Avec ses quatre livres et ses 800 niveaux, le jeu est suffisamment long pour combler les fans. Mais Fire Emblem Heroes n’est pas un épisode comme les autres. Comme expliqué précédemment, c’est aussi un outil promotionnel. Quelques personnages sont inédits, mais la très grande majorité est issue des autres opus. Ils doivent être invoqués pour être recrutés.

Et bien sûr, les personnages les plus importants, comme Marth (Fire Emblem), Chrom (Fire Emble Awakening) ou Ike (Fire Emblem Path of Radiance), sont non seulement plus puissants, mais aussi plus rares à obtenir. Ces personnages aident grandement le joueur à terminer les missions les plus dures (notamment dans les événements temporaires), où les récompenses sont les meilleures. Et ceux qui ouvrent leur porte-monnaie ont évidemment plus d’occasions d’en invoquer…

Shin Megami Tensei Liberation DX2

Shin Megami Tensei, créée par Atlus, est une série aussi connue au Japon par les fans de RPG que Final Fantasy et Dragon Quest. L’univers dans lequel elle se passe est contemporain, voire légèrement anticipatif. Elle met en scène de lycéens, des étudiants ou de jeunes adultes qui ont tous le pouvoir d’invoquer des esprits et des démons.

Développé par Sega (maison mère d’Atlus), Shin Megami Tensei X2 reprend ces grands principes et les adapte (assez naturellement) à un gameplay de RPG freemium sur smartphone. Vous choisissez votre protagoniste, devenez un membre des Libérateurs et partez explorer les différents quartiers de Tokyo en éliminant les démons. Presque un voyage touristique virtuel.

Comme dans la série originelle, vous combattez des démons avec ceux que vous avez déjà conquis. Une bataille peut se terminer soit par l’élimination du démon, soit par une négociation avec ce dernier à l’issue de laquelle vous pouvez le convaincre de vous accompagner. Pour combattre des ennemis toujours plus puissants, vous améliorez vos démons et les fusionnez pour en créer de nouveaux. Bien sûr, en invoquer directement sera plus rapide que de les convaincre. C’est là qu’entrent en jeu les achats intégrés.

Jeu de rôle réalisé en 3D, Liberation DX2 est un RPG au tour par tour très complet, avec de nombreux contenus (160 démons à capturer et à faire évoluer, mode PVP, etc.), mais il est moins facile à appréhender qu’un Brave Exvius, par exemple. L’univers est cependant suffisamment unique pour faire la différence et en séduire quelques-uns.

Another Eden

Another Eden, développé par WFS Games (studio appartenant à Gree, géant japonais des applications mobiles), est une production un peu à part dans la ludothèque freemium Android. RPG classique (avec combat au tour par tour type Final Fantasy), Another Eden s’appuie sur deux atouts majeurs : Masato Kato, excellent scénariste, et Yasunori Mitsuda, compositeur génial. Ils ont tous deux travaillé sur de grands RPG, tels que Chrono Trigger, Chrono Cross, Baten Kaitos, etc. De belles références. L’alchimie des deux est top.

Another Eden raconte l’histoire d’Aldo, un épéiste qui voyage dans le temps pour sauver sa soeur Feinne et changer les événements qui ont conduit à une grande catastrophe. De nombreux personnages sont jouables. Quelques-uns sont recrutés automatiquement, tandis que d’autres doivent être invoqués. Et tous offrent la possibilité d’accéder à des quêtes annexes quand certaines conditions sont réunies. Certains sont plus rares (et plus puissants) que d’autres. D’où la présence d’une option pour acheter des pierres d’invocation.

Doté d’une direction artistique pointue et d’une belle réalisation (même si l’animation des personnages fait penser à celle de pantins en bois articulés), Another Eden offre un gameplay un peu différent des RPG freemium. Contrairement à des titres comme Brave Exvius, une grande part du jeu est dédiée à l’exploration. Le scrolling est horizontal (mais vous pouvez traverser verticalement quelques passages), à l’image de Dragon’s Crown (pour les propriétaires d’une PS3, PS4 ou PSVita). Notez aussi qu’Another Eden est l’un des rares jeux freemium qu’il est possible de jouer hors connexion (mais vous devez vous connecter pour récupérer les récompenses).

Final Fantasy Brave Exvius

Parmi tous les opus de Final Fantasy présents sur smartphone, l’un des plus anciens (à part Pictologica et Record Keeper) est Brave Exvius. Développé par Gumi, Brave Exvius est un mélange entre Brave Frontier (dont il est un cousin germain de par son affiliation) pour le gameplay et la licence Final Fantasy pour la richesse du contenu.

Les personnages principaux sont Rain, Laswell et Fina. Vous suivez leur périple sur deux saisons complètes et une troisième qui vient de démarrer en Europe. Chaque semaine, un nouvel événement est organisé, s’appuyant généralement sur une mécanique de « farming » intense, et accompagné de nouveaux personnages. Il y a plusieurs centaines de personnages disponibles, dont quelques collaborations avec d’autres licences de Square Enix, comme Nier, Secret of Mana, Valkyrie Profile ou Deus Ex.

La réalisation de Brave Exvius, tout en en 2D (sauf pour quelques petites animations de coups spéciaux), est léchée (avec des arrière-plans animés de toute beauté). La bande originale est très intéressante et variée. Et certains niveaux d’exploration rappellent en partie le gameplay des Final Fantasy sur console. Une belle mécanique, bien huilée, et un gameplay chronophage derrière lequel se cache aussi un piège pour tous les collectionneurs : les achats intégrés, un peu trop chers. Heureusement, le titre n’est pas trop avare en récompense.

Eternium

Eternium, édité par Making Fun et vieux de 6 ans déjà, est un hommage à Diablo et au genre « hack‘n Slash », lequel n’est malheureusement plus aussi bien représenté sur smartphone depuis les « écarts mercantiles » de l’une des grandes séries de GameLoft, Dungeon Hunter.

Dans un univers « High Fantasy », vous jouez le rôle d’un aventurier avec trois classes disponibles et des centaines de pièces d’équipements à récolter et à customiser avec des gemmes. Tout l’enjeu est évidemment de parcourir les donjons de fond en comble pour dénicher les précieux « loots » qui serviront à parfaire l’équipement de votre personnage.

Sachez que le scénario principal est achevé, mais de nombreux ajouts étoffent l’expérience globale. Notamment le mode multijoueur qui permet de donner un autre sens aux missions effectuées en solo. Très complet, Eternium est l’un des jeux Freemium les moins gourmands sur les achats intégrés. Et c’est tant mieux.

 

La source officielle de cet article : Phonandroid

Roberta Flores
Roberta Flores
Inscrivez-vous à notre newsletter

Sign In QUÉBEC 89

Account details will be confirmed via email.

Reset Your Password