trois critiques visant la possible généralisation du pistolet à impulsion électrique

Share on email
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
trois critiques visant la possible généralisation du pistolet à impulsion électrique

Selon les informations du journal « Le Parisien », ces armes, plus connues sous le nom de « Taser », devraient équiper davantage les forces de l’ordre pour « compenser » l’abandon de la technique dite de l’étranglement.

Et si le remède était pire que le mal? Le secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Intérieur, Laurent Nuñez, a affirmé, mercredi 10 juin, sur Europe 1, que l’utilisation de pistolets à impulsion électrique (PIE) pourrait constituer unpalliatif à la technique dite de l’étranglement, désormais abandonnée. Disponible depuis 2006 en France, « c’est une alternative à d’autres types d’armes ou au contact physique », a souligné le numéro 2 de la place Beauvau.

Dans son rapportannuelpublié lundi, l’Inspection générale de la police nationale affirmait déjà que le « développement » du recours à cette arme « pourrait constituer unealternative pertinente pour neutraliser un individu en état de forte agitation sans faire usage detechniques de sécurité justifiantl’intervention physique des forces de l’ordre ». La police des policesvantait notamment l’effet« suffisamment dissuasif » de son rayon laser pointé sur les personnes contrôlées.

Selon les informations duParisien, le ministère de l’Intérieur doit annoncer aux syndicats de police, jeudi et vendredi, que les « Taser » (du nom de leur premier fabricant, désormais baptisé Axon) seront bien généralisés pour « compenser » l’abandon de la prise par le cou. Réclamée par le syndicat Alliance, cettepiste fait déjàl’objet de critiques, au moins sur trois points.

Tous les policiers ne sont pas formés

Comme le notait le Conseil d’Etat dans une décision de 2009, « les fonctionnaires doivent suivre une formation spécifique afin d’obtenir une habilitation personnelle pour le port spécifique » d’unpistolet à impulsion électrique. Une décennie plus tard,le maniement de cette arme n’est toujours pas enseigné dans les écoles de police et sa généralisation aura forcément un coût important.

Il va falloir des dizaines d’heures de formations pour habiliter tous les collègues.Mathieu Vallet, secrétaire national adjoint du Syndicat indépendant des commissairesdans « Le Parisien »

« Nous sommes sceptiques car, contrairement à une interpellation à main nue, on ne peut pas l’utiliser dans n’importe quelles circonstances », avance aussi Mathieu Vallet.Sous le couvert de l’anonymat, un policier affirme à Europe1 que ce pistolet ne peut pas être utilisé trop près de la cible et qu’il s’avère peu efficace « sur un individu surexcité emmitouflé dans une doudoune épaisse ».

Dans un rapport (PDF) publié en 2013, le Défenseur des droits rappelait toutefois qu’au-delà du mode « tir », qui entraîne la projection de deux électrodes « qui se fixent sur la personne en traversant les vêtements et s’accrochant à la peau », il existe aussi un mode « contact », avec« une application de l’arme sur le membre à paralyser ».

Peu de policiers en sont déjà équipés

Dans son rapport annuel(PDF),l’IGPN fait état d’une hausse de près de 30% du recours aux pistolets à impulsion électrique avec « 2349 tirs opérationnels enregistrés en2019, contre 1 820 en 2018 ». Mais, à ce jour, le ministère de l’Intérieur ne compte que 15 000 PIE pour environ 240000 policiers et gendarmes, soit un exemplaire pour 16 agents, selon Europe1.

« Il y a des programmes pour augmenter les dotations, a répondu Laurent Nuñez. Tout ça est à l’étude. » Selon une source proche du dossier citée par Le Parisien, des commandes ont déjà été lancées. « Il en faut au moins un par équipage », prévient le Syndicat des commissaires de la police nationale. Son secrétaire général, David Le Bars, accusel’exécutif d’avoir mis la charrue avant les bœufs:

Le ministère aurait dû généraliser le port du pistolet à impulsion électrique avant la suppression de la prise par le cou.David Le Barsdans « Le Parisien »

Son usage présente des risques

Dans unrapport (PDF)publié en 2015, Amnesty International affirmait que « les impulsions électriques suscitent divers degrés de douleur et de neutralisation et engendrent parfois lamort ». Les aiguillons peuvent aussi « entraîner des lésions par pénétration de la peau, des yeux, du crâne et des organes internes, qui
peuvent être graves ». L’ONG réclamait ainsi l’interdiction de son utilisation en mode « contact », plus douloureux, qui« représente un risque important de torture ». Une position partagée par le Comité contre la torture de l’ONU dans sonrapport 2020 sur les armes à létalité réduite(PDF, en anglais).

« C’est une arme qui comporte des risques, reconnaît un formateur de la police dans Le Parisien. Si on ne sait pas que des gens ont des problèmes de cœur et que l’on tire, on les expose à plus de danger qu’avec une prise par le cou. »En 2009, la société Taser International avait ainsi recommandé de ne pas viser la poitrine en raison d’un risque« extrêmement faible » d’« événement cardiaque négatif ». D’autres risques existent, notammenten cas d’utilisation (interdite chez les gendarmes) en présence de liquide ou vapeur inflammables, notait le Défenseur des droits en 2013.

En 2019, en France,au moins deux décèsdans les Bouches-du-Rhône et en Seine-Saint-Denisont été rapportés après l’usage d’un pistolet à impulsion électrique.Dans son rapportannuel, l’Inspection générale de la police nationaleestime de son côté quel’« usage du pistolet à impulsion électrique » est la« cause » d’une seule mort dans l’Hexagone. Dans unrapport de 2008 (PDF, en anglais), Amnesty International avait répertorié 334 décès liés à cette arme aux Etats-Unis entre 2001 et 2008. L’ONG avait eu accès aux rapports d’autopsie de 100victimes et observé que, dans 37 cas,« les médecins avaient mentionné l’usage d’un Taser comme cause ou facteur ayant contribué à la mort ».

Source : France Info

Maria Rodriguez
Maria Rodriguez
Inscrivez-vous à notre newsletter

Sign In QUÉBEC 89

Account details will be confirmed via email.

Reset Your Password