une plainte déposée par une fédération de victimes

Share on email
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
une plainte déposée par une fédération de victimes

« L’intérêt général impose que les causes de l’exacerbation de cette crise soient analysées en toute impartialité. » La Fenvac, fédération nationale des victimes d’attentats et d’accidents collectifs, estime que la crise sanitaire autour du coronavirus est liée en partie à « des défaillances », explique à BFMTV.com sa codirectrice.

« Les mesures préventives mises en place par les autorités françaises ont-elles été suffisantes pour contrer l’épidémie alors que des premiers cas étaient identifiés sur le territoire en janvier? Les autorités ont-elles fait les bons choix? Ont-elles tardé à agir? La transparence affichée a-t-elle été réelle? L’état dans lequel on a mis le système de santé français depuis des années n’annonçait-il pas les drames d’aujourd’hui? », interrogeait la fédération dans un communiqué en date du 7 avril.

Plainte contre X

Afin de répondre à ces questions, la principale fédération de victimes d’accidents collectifs compte désormais sur la justice. La Fenvac va déposer une plainte contre X, a appris BFMTV.com, confirmant les informations du Figaro. « L’objectif est de comprendre les différentes circonstances qui ont mené à la crise sanitaire, détaille Sophia Seco, la codirectrice de la Fenvac. Il faut comprendre les facteurs originels. Nous avons constaté des dysfonctionnements, par exemple par rapport aux carences de matériel pour les populations exposées, comme les personnels de santé ou les forces de l’ordre. »

Et de poursuivre: « Cette plainte n’est pas dans un but de sanction, mais de compréhension de ces causes pour permettre un travail de prévention, de correction, pour qu’à l’avenir, nous ayons les bons réflexes. »

Recensement des victimes du Covid-19

Cette action en justice va s’accompagner d’un large recensement des victimes de la crise sanitaire liée au Covid-19. « La première difficulté est la définition du mot ‘victime' », reconnaît Sophia Seco. Car le coronavirus, qui, à ce jour, a touché plus de 156.000 Français et provoqué la mort de plus de 20.000 malades, n’a pas fait que des victimes d’un point de vue médical. La Fenvac s’interroge sur les conséquences psychologiques du confinement, ou économiques et matérielles, liées notamment au chômage partiel.

« Nous souhaitons sortir des démarches polémiques ou dirigées contre quelqu’un, nous voulons un recensement fédérateur », met en avant la cordirectrice de la Fenvac. 

Ce recensement se fera sur le site Internet de la fédération, qui mettra en ligne dans les prochains jours des questionnaires établis selon le profils des personnes qui pourraient se considérer comme des victimes de cette crise: professionnels/particuliers, contaminés/pas contaminés mais ayant eu une personne de leur entourage atteinte par le virus, hospitalisés/pas hospitalisés. Cet état des lieux servira, à terme, de socle pour la création d’un collectif d’associations des victimes du Covid-19 au sens large.

Source de cet article

Marino Stozza
Marino Stozza
Inscrivez-vous à notre newsletter

Sign In QUÉBEC 89

Account details will be confirmed via email.

Reset Your Password