Coronavirus: l’Union européenne propose une coordination du déconfinement

Share on email
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Le non-respect de l'accord de Paris pourrait coûter 600.000 milliards USD

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, et le président du Conseil, Charles Michel, ont présenté ce mercredi 15 avril des propositions pour coordonner le déconfinement à l’échelle européenne. La Commission va aussi organiser pour le 4 mai prochain une conférence des donateurs en lien avec l’Organisation mondiale de la santé pour renforcer le financement de la recherche d’un vaccin contre le Covid-19.

De notre correspondant à Bruxelles, Pierre Benazet

Entre pays européens, la situation est très variable puisqu’elle oscille entre d’un côté de nouvelles mesures de renforcement ou de prolongation du confinement (Royaume-Uni, Roumanie, Hongrie, France) et de l’autre des décisions de réouverture progressive déjà effectives (Danemark, Autriche, Italie, Espagne).

Cette situation, qui part dans toutes les directions, inquiète l’Union européenne et les 27 chefs d’État et de gouvernement de l’UE avaient demandé à la Commission européenne, lors de leur dernier sommet virtuel du 26 mars, de présenter une feuille de route pour coordonner la sortie du confinement.

Trois critères pour le déconfinement

L’objectif de l’Union européenne est évidemment qu’un pays où la pandémie ne serait pas en baisse ne réexporte pas la contagion vers le reste de l’Europe. La feuille de route de la Commission comporte trois critères de base qui doivent être remplis avant qu’un pays puisse commencer son déconfinement.

En premier lieu, il faut une évaluation épidémiologique montrant que la pandémie a décru de manière significative et durable. Le deuxième critère est de pouvoir assurer la capacité du système de santé à faire face à un regain éventuel du virus avec par exemple un nombre suffisant de lits en soins intensifs pour les patients affectés par la pandémie et aussi tous les autres, la disponibilité en médicaments, en matériel et en personnel soignant. Le dernier critère est celui de la détection, avec en particulier la capacité à procéder à des tests à grande échelle mais aussi à pouvoir éventuellement suivre les personnes infectées, voire à les isoler.

Et pour y parvenir, la Commission européenne demande que toute décision nationale soit basée sur une évaluation scientifique et soit aussi coordonnée entre capitales.

Un vaccin

La présidente de la Commission européenne en est persuadée, un vaccin est la meilleure solution pour vaincre le coronavirus. Ursula von der Leyen va donc organiser une conférence des donateurs en ligne pour lever des fonds pour la recherche d’un vaccin et de traitements contre le nouveau coronavirus.


J’ai décidé de lancer une conférence de bailleurs de fonds en ligne qui se tiendra le 4 mai. Cela permettra d’aborder la question des déficits de financement immédiats et de trouver des solutions innovantes et équitables. Nous avons déjà lancé les préparatifs en coopération avec des organisations connues. Cela se fera bien sûr en coopération étroite avec l’OMS. J’espère que les pays et organisations du monde entier répondront à cet appel.

Source du post: RFI

Marino Stozza
Marino Stozza
Inscrivez-vous à notre newsletter

Sign In QUÉBEC 89

Account details will be confirmed via email.

Reset Your Password