Voici la première image très détaillée du jet d'un quasar

Share on email
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Voici la première image très détaillée du jet d'un quasar

Jamais les astronomes n’avaient observé avec un tel niveau de détail le puissant jet de matière qu’émet un quasar, un de ces trous noirs supermassifs qui forment les noyaux des galaxies, montrant que la base de ce jet est plutôt instable, contrairement à ce que croyaient jusque-là les spécialistes. L’instrument qui a permis cet exploit est l’EHT, Event Horizon Telescope , un « observatoire virtuel » de la taille de la Terre qui rassemble pas moins de 8 radiotélescopes répartis à travers le globe et coordonnés en interférométrie à très longue base (VLBI), le même qui avait révélé la première vraie image d’un trou noir, celui de la galaxie M87, il y a tout juste un an.

Un jet supraluminique

Jae-young Kim de l’Institut de radioastronomie à Bonn (Allemagne) et ses nombreux collaborateurs (l’article publié dans la revue Astronomy & Astrophysic comporte 350 signataires !) ont surveillé plusieurs jours d’affilée au cours du mois d’avril 2017 le quasar 3C279. Celui-ci est un monstre d’un milliard de fois la masse du Soleil, situé à 5 milliards d’années-lumière de la Terre, en direction de la constellation de la Vierge. Il avait beaucoup fait parler de lui au milieu des années 1970 lorsque les astronomes avaient surpris son jet de matière qui semblait être éjecté à une vitesse supérieure à celle de la lumière. En réalité, ces jets « supraluminiques » ne sont pas en contradiction avec les lois de la physique, ils sont propulsés à des vitesses inférieures à celle de la lumière, mais à cause d’une illusion d’optique, ils semblent supraluminiques pour les observateurs terrestres.  

Une pomme sur la Lune

Grâce à l’EHT, les chercheurs ont pu observer des détails de l’ordre d’une année-lumière sur cet objet situé à 5 milliards d’années-lumière. C’est comme pouvoir identifier depuis la Terre les contours d’une pomme posée sur la Lune ! Ce niveau de détail leur a permis de repérer qu’à la base de cette émission, le jet était instable, tordu, comme si des structures perpendiculaires venaient l’altérer. « C’est un peu comme si en ouvrant une série de poupées russes, nous découvrions que la plus petite avait une forme différente », a déclaré Jae-young Kim dans un communiqué de presse du EHT. En outre, les images consécutives montrent que le jet se déplace en notre direction à une vitesse atteignant 99,5% de la vitesse de la lumière.

Pour l’heure, la campagne de mars -avril 2020 de l’EHT a été stoppée à cause de la pandémie de Covid-19, de quoi offrir un peu de temps pour la compréhension de ces résultats. 

Ci-dessous, voici comment le jet du quasar a évolué en une semaine :

 

Source : Sciences et avenir

Marino Stozza
Marino Stozza
Inscrivez-vous à notre newsletter

Sign In QUÉBEC 89

Account details will be confirmed via email.

Reset Your Password