Wall Street dans le vert à l'ouverture, espérant un pic de la pandémie

Share on email
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Le Trésor américain et les compagnies aériennes s'accordent sur un plan de sauvetage

Wall Street progressait à l’ouverture mercredi, voulant croire qu’un ralentissement de la propagation du coronavirus allait se confirmer.

  • Aux alentours de 14H50 GMT, son indice vedette, le Dow Jones Industrial Average, montait de 0,89%, à 22.854,47 points.
  • Le Nasdaq, à forte coloration technologique, gagnait 0,77%, à 7.947,79 points, et le S&P 500, qui représente les 500 plus grandes entreprises de Wall Street, s’appréciait de 0,72%, à 2.678,49 points.

La Bourse new-yorkaise avait flanché dans les dernières minutes de la séance de mardi, après avoir pourtant passé toute la journée dans le vert: le Dow Jones avait perdu 0,12% et le Nasdaq 0,33%

« L’optimisme partiel(mercredi à l’ouverture, ndlr) tourne autour de l’idée qu’on a peut-être atteint un niveau plateau des cas de contaminations dans certains foyers et qu’on s’oriente vers un possible assouplissement des mesures prises pour arrêter la propagation du coronavirus », avance Patrick O’Hare, de Briefing.

La prudence restait toutefois de mise: si le nombre de nouvelles hospitalisations marque le pas dans plusieurs pays, dont l’Espagne et l’Italie, les plus meurtris en Europe, les Etats-Unis et le Royaume-Uni ont tous deux enregistré un record de décès liés au Covid-19 mardi.

Tant que les données n’auront pas indiqué de net fléchissement de la pandémie, « nous prévoyons que les marchés restent volatils », écrit Art Hogan, de National, dans une note.

Sur le plan économique, la situation restait également bancale, les Etats-Unis continuant de tourner au ralenti avec des millions d’Américains au chômage et de très nombreux commerces fermés.

L’administration Trump a fait savoir mardi qu’elle souhaitait débloquer 250 milliards de dollars supplémentaires pour les PME américaines, qui viendraient s’ajouter aux 350 milliards de dollars déjà adoptés fin mars.

« C’est très bien d’entendre que les petites entreprises vont bénéficier de davantage d’aide », estime M. O’Hare.

« Mais ça montre aussi la gravité de la situation sur le terrain, qui ne va pas être réglée du jour au lendemain à coup de nouvelles au ton plus ou moins optimiste », prévient l’expert.

Sur le marché obligataire, le taux à 10 ans de la dette américaine était en légère hausse, s’établissant à 0,7468% contre 0,7122% la veille à la clôture.

Source de cet article : Lalibre.be

Maria Rodriguez
Maria Rodriguez
Inscrivez-vous à notre newsletter

Sign In QUÉBEC 89

Account details will be confirmed via email.

Reset Your Password